Retour

Une pensée pour la santé mentale de papa en ce jour de la fête des Pères

Qu'il soit notre époux ou notre papa, on a tous cette image d'un homme héroïque, fort, incassable. Et pourtant, les pères sont des êtres humains, qui ont des faiblesses et qui peuvent même être en proie à la dépression.

Un texte de Caroline Bourdua

Si cette maladie est deux fois plus diagnostiquée chez les femmes, des études ont démontré que quatre suicides sur cinq sont commis par les hommes au Canada.

Le plus beau cadeau ne serait-il pas alors de veiller au bien-être du père de nos enfants?

Le directeur du département de psychiatrie de l’Université McGill à Montréal, le Dr Gustavo Turecki est un spécialiste de la dépression.

Selon les études réalisées, environ 5 % de la population est atteinte de dépression ce qui veut dire que beaucoup d’hommes en sont aussi victimes.

« Il y a un paradoxe dans la recherche sur le suicide, explique le Dr Turecki. Malgré le fait que les femmes soient plus souvent atteintes de la dépression, les hommes sont plus nombreux à mourir par suicide que les femmes. »

Les femmes, selon la recherche, ont tendance à utiliser des méthodes moins violentes pour se suicider, alors que du côté des hommes, on relève plus d’agressivité.

En conséquence, leur chance de réussite est plus élevée, affirme le Dr Turecki.

Une autre étude a aussi démontré que les hommes ont tendance à être plus facilement impulsifs et agressifs et à réagir en conséquence.

Les facteurs déclencheurs de la dépression

Il existe des facteurs qui font que l’épisode dépressif va commencer, mais ces mêmes facteurs ne sont pas nécessairement la cause de la dépression, dit le Dr Turecki.

« Ces facteurs sont très personnels. Il peut s’agir d’une peine d’amour, d'une perte d’emploi, de problèmes d’ordre financiers, d'humiliation publique. Tout cela est subjectif, parce que ce ne sont pas tous les gens qui réagissent pareil. »

Mesures pour protéger contre la dépression

Le stress fait partie de la vie, selon Gustave Turecki et on ne peut y échapper.

L’important, dit-il, c’est de donner au père de famille un mécanisme pour gérer le stress et l’aider à équilibrer sa vie, entre le stress et les loisirs, entre le stress et des activités.

« Somme toute, il faut l’aider à décompresser », ajoute Dr Turecki.

Il est donc important, selon lui, que les membres de la famille soient à l’écoute de papa et l’aident à atteindre cet équilibre.

« Des collègues psychologues et anthropologues me disent souvent que la raison pour laquelle les hommes ont tendance à repousser l’aide extérieure est reliée au fait que de façon générale, la gent masculine évite de parler de ses émotions. »

Le Dr Turecki suggère aux familles de faciliter le processus pour que papa aille chercher l’aide de professionnels.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine