Retour

Une première maison de disques voit le jour au Nunavut

Il est difficile de lancer une carrière musicale au Nunavut, où les infrastructures et les ressources se font rares. Après s'être heurtés aux refus répétés de l'industrie musicale « du sud », trois musiciens d'Iqaluit ont décidé de fonder leur propre maison de disques, Aakuluk Music, une première au Nunavut.

Andrew Morrison, Nancy Mike et Steve Rigby sont également membres du groupe folk The Jerry Cans, qui entremêle chants de gorge traditionnels et influences country. Le groupe, qui compose toutes ses chansons en inuktitut, lancera sous peu son troisième album, un exploit au Nunavut.

À Iqaluit, les groupes comme The Jerry Cans se produisent dans les bars ou encore à l'école secondaire, puisque la ville ne dispose pas de salle de spectacle. C'est pourquoi l'organisation locale Qaggiavuut souhaite faire bâtir un centre de diffusion pour les arts à Iqaluit, seule capitale au Canada sans infrastructure du genre.

Le Nunavut est le territoire le moins habité du Canada et pourtant, surprend par son foisonnement artistique. Pour Nancy Mike, chanteuse de gorge inuite et accordéoniste dans The Jerry Cans, cela s'explique par la capacité de ses créateurs à s'adapter aux nouvelles technologies.

« Le Nunavut est un si jeune territoire et les Inuits se sont adaptés à l'ère numérique en si peu de temps. [...] Alors, il y a beaucoup de choses qui se passent. La population crée de nouvelles choses : des lignes de vêtements, des restaurants, etc. Tout se développe de tellement de manières. Ça change constamment et surtout en ce moment », poursuit Nancy Mike, seule membre inuite du groupe.

Selon Nancy Mike, la présence d'une compagnie de disques comme Aakuluk, un terme utilisé en famille et entre proches pour exprimer de l'affection, « aura d'énormes répercussions sur l'industrie musicale et artistique [locale] ».

(Source: YouTube/TheJerryCans)

Après avoir enregistré « dans le sud », à Toronto, la formation The Jerry Cans fera paraître son troisième album, Inuusiq/life, le 4 novembre. Le premier extrait, la chanson Ukiuq (Nothern Lights), est offert en anglais et en inuktitut, afin de joindre un plus grand public.

« Il y a très peu de support pour faire connaître les langues autochtones ou l'inuktitut, même dans l'industrie musicale. [...] C'est blessant d'être refusé par un studio de musique ou lors de l'application à un programme de récompense musical. Je pense que d'avoir la chanson en anglais et en inuktitut nous donne plus d'occasions, et ça nous permettra de voir si ça fait vraiment une différence ou pas », ajoute-t-elle.

Aakuluk Music a trois autres jeunes artistes nunavois dans son giron : l'artiste multidisciplinaire Ivaluarjuk, la chanteuse Riit et le chanteur Agaaqtoq. La mise sur pied de cette nouvelle entreprise permet surtout aux jeunes artistes de mieux connaître les rouages de l'industrie musicale grâce au mentorat, en leur offrant un accompagnement pour l'écriture, notamment.

Le groupe The Jerry Cans effectuera une tournée canadienne le mois prochain qui les mènera notamment à Montréal le 15 novembre à l'occasion du festival Mundial.

Plus d'articles