Des membranes d'oxyde de graphène permettent de filtrer le sel de l'eau de mer, et la rendre ainsi potable et propre à la consommation humaine, affirment des chercheurs britanniques.

Un texte d'Alain Labelle

Cette percée pourrait conduire à la mise au point d’une technologie de dessalement abordable et fournir de l'eau potable à des millions de personnes qui n’y ont pas accès.

Les membranes ont été développées au National Graphene Institute de l’Université de Manchester, au Royaume-Uni. Auparavant, les membranes d'oxyde de graphène avaient montré de bonnes capacités pour la séparation des gaz et la filtration de l'eau, entre autres pour filtrer les petites nanoparticules, les molécules organiques et même le gros sel dans l’eau. Jusque-là cependant, elles ne pouvaient pas être utilisées pour filtrer le sel de l’eau de mer, une opération qui nécessite de plus petits tamis.

Le groupe de recherche britannique a développé une technologie qui permet d’éviter le gonflement des membranes lorsqu'elles sont exposées à l'eau

Ainsi, la taille des pores de ces membranes peut être contrôlée avec précision, ce qui permet de tamiser les sels communs à partir d'eau salée.

D’autres travaux menés par la même équipe avaient révélé que, lorsqu’elles sont immergées dans l'eau, les membranes d'oxyde de graphène se gonflent légèrement et laissent passer de plus petits sels, mais bloquent les plus gros.

D'ici 2025, l'ONU s'attend à ce que 14 % de la population mondiale manque d'eau potable. Cette technologie pourrait donc révolutionner la filtration de l'eau dans le monde, en particulier dans les pays qui ne peuvent pas se permettre des installations de dessalement à grande échelle.

Le détail de cette découverte est publié dans la revue Nature Nanotechnology.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine