Retour

Une toile de Modigliani saisie dans la foulée des Panama Papers

Les autorités suisses ont confirmé la saisie d'une œuvre du grand maître italien Amedeo Modigliani, repérée dans la foulée des Panama Papers. Radio-Canada révélait la semaine dernière que cette toile, qui aurait été pillée par les nazis, appartiendrait à une puissante famille de marchands d'arts, les Nahmad.

« Une procédure pénale a été ouverte à la suite des révélations liées aux Panama Papers dans le but de vérifier la présence d'un Modigliani à Genève », a indiqué par courriel un porte-parole du bureau du procureur suisse, Henri Della Casa. « Je peux confirmer qu'un Modigliani a été saisi le week-end dernier », a-t-il dit.

Comme le rapportaient Radio-Canada et d'autres médias du Consortium international des journalistes d'enquête (ICIJ) il y a quelques jours, la famille de David Nahmad pourrait avoir utilisé une société enregistrée au Panama pour camoufler le fait qu'elle était le véritable propriétaire de L'Homme assis appuyé sur une canne, un tableau estimé à plus de 30 millions de dollars au centre d'un litige juridique.

David Nahmad figure parmi les plus grands collectionneurs d'art au monde. Sa famille, qui possède des galeries à New York et à Londres, est un puissant marchand d'art international dont la collection est évaluée à 4 milliards de dollars par le magazine Forbes.

Les Nahmad auraient entreposé la célèbre toile dans un entrepôt situé à Genève, dans une zone franche où les propriétaires ne sont pas soumis au paiement de taxes ni aux droits d'importation et où les stocks et les transactions ne sont pas systématiquement surveillés.

Une toile qui aurait été pillée par les nazis

La famille de l'antiquaire juif parisien Oscar Stettiner affirme que la peinture lui appartenait et qu'elle a été pillée par les nazis quand ils ont occupé Paris.

L'œuvre n'a refait surface qu'en 1996 - quelque 50 ans plus tard - lors d'une vente aux enchères chez Christie's. Achetée par une société panaméenne, elle a été ensuite été exposée dans deux galeries appartenant aux Nahmad.

Philippe Maestracci, l'unique petit-fils d'Oscar Stettiner, a entrepris des procédures devant un tribunal de New York pour la récupérer, aidé dans ses démarches par le Canadien James Palmer, fondateur de la firme torontoise Mondex. Cette entreprise se spécialise dans la restitution d'oeuvres d'art et traque les toiles pillées par les nazis.

Les Nahmad contestent le fait que le tableau ait un jour appartenu à la famille Stettiner. Ils affirment que la toile appartient à la société panaméenne appelée l'International Art Center (IAC). Mais, en fouillant parmi la masse de données confidentielles de la firme Mossack Fonseca, les Panama Papers, Radio-Canada a découvert les documents internes de l'IAC. L'un d'eux, daté du 19 juillet 2013, identifie clairement que David Nahmad était à ce moment l'unique actionnaire de la société.

Joint au téléphone par CBC, James Palmer s'est dit « ravi » de la saisie. Richard Golub, l'avocat des Nahmad, a pour sa part refusé de commenter les derniers développements.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine