Retour

Unifor rompt son affiliation au Congrès du travail du Canada

Le syndicat Unifor, le plus important du secteur privé au pays, se désaffilie du Congrès du travail du Canada (CTC) en raison d'un différend sur le droit des travailleurs à choisir le syndicat qui les représente.

Dans une lettre adressée au CTC, le président national d'Unifor, Jerry Dias, et le directeur québécois du syndicat, Renaud Gagné, affirment que le Congrès du travail du Canada a ignoré leurs inquiétudes face à certaines pratiques des syndicats américains, qui bafoueraient les droits des travailleurs, notamment leur droit de choisir leur syndicat et d’exprimer leur dissidence.

Unifor déplore « le manque d'action constant et de volonté des affiliés du CTC de s'attaquer aux tactiques agressives et non démocratiques déployées par des syndicats basés aux États-Unis à l'endroit de sections locales canadiennes ».

« Notre syndicat s’oppose à tout syndicat qui menace, harcèle, intimide ou musèle les travailleuses et travailleurs pour avoir tout simplement affirmé leurs droits démocratiques de choisir leur syndicat ou pour faire taire l’opposition au sein d’une section locale », indique la lettre, publiée sur le site Internet d'Unifor.

Jerry Dias affirme également que la requête d'Unifor pour joindre un comité du CTC qui étudie la question des droits des travailleurs « à changer de syndicat » a été ignorée. Ce qu'il qualifie d'« inimaginable ».

La lettre indique que le conseil exécutif national a voté à l'unanimité mardi en faveur d'une cessation immédiate de l'affiliation d'Unifor au CTC.

Une décision qui déçoit

« Il est regrettable qu'Unifor ait annoncé sa décision de se désaffilier du Congrès du travail du Canada », ont déclaré le président du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), Mark Hancock, et le secrétaire-trésorier national, Charles Fleury, par voie de communiqué.

Le SCFP estime que « quels que soient les problèmes qui ont poussé Unifor à quitter le CTC, ils ne doivent pas être insurmontables ». Le syndicat encourage donc les dirigeants d’Unifor à tenter de résoudre leur différend avec les représentants du CTC.

De son côté, le professeur et chef du département d'Études sur le travail à l'Université Brock, Larry Savage, a publié sur Twitter que la décision d'Unifor de quitter le congrès du travail du Canada « allait certainement faire bouger les choses dans le mouvement syndical canadien ».

Plus d'articles