Retour

Utiliser la technologie pour communiquer avec les nouveaux arrivants

Le conseil municipal et certains employés de la Ville de Victoria apprendront à utiliser l'application Google Traduction afin de communiquer plus facilement avec les nouveaux arrivants et les réfugiés, un projet pilote unique au monde.

Un texte de Nahila Bendali

La formation est offerte depuis avril dans la capitale britanno-colombienne, pour le privé comme pour le public. Il s’agit d’une initiative de la coordonnatrice de l’intégration communautaire de l’Association interculturelle de Victoria (ICA), Kate Longpre.

Au terme d’une formation de 40 minutes pour apprendre à utiliser l’application, le conseil et des employés municipaux pourront s’identifier grâce à un autocollant. « C’est une façon pour les gens qui se rendent à l’hôtel de ville de savoir que, peu importe quelle langue ils parlent, ils recevront un service de qualité. C’est une façon d’inclure les gens de tous les milieux », indique le conseiller municipal Jeremy Loveday. La région de Victoria a accueilli environ 460 réfugiés de langue arabe dans la dernière année.

Appuyé par la mairesse de Victoria, Lisa Helps, Jeremy Loveday a présenté une motion la semaine dernière, appuyée à l’unanimité, pour offrir la formation au conseil municipal et aux employés qui sont en contact avec le public. « C’est une première en son genre [...] c’est une solution de ville intelligente », explique Jeremy Loveday. Les conseillers seront formés lors d’une réunion publique du conseil municipal dans les prochaines semaines.

Unique au monde

Kate Longpre travaille avec des réfugiés et de nouveaux arrivants, qui, souvent, ne connaissent pas l’anglais ou le français. Elle s’est demandé comment utiliser la technologie afin d’améliorer la communication entre ces personnes et la communauté, et c’est ainsi qu’elle a eu l’idée de la formation.

Elle raconte que, lorsqu'elle a pris contact avec Google, l'entreprise avait déjà mis sur pied un projet semblable avec son application Google Traduction lors des Jeux olympiques de Rio. « Google n’avait pas pensé utiliser l’application comme symbole de la réinstallation des réfugiés. »

Kate Longpre a travaillé avec Google depuis octobre 2016 jusqu’au lancement du projet pilote en avril, une première dans le monde, afin de concevoir une formation pour les entreprises, les services publics et les intervenants qui veulent utiliser l’application dans ce contexte. Les nouveaux arrivants et les réfugiés sont généralement habitués à utiliser la technologie pour communiquer, estime-t-elle.

« L’application a plusieurs fonctionnalités intéressantes », souligne l’instigatrice du projet. Un mode conversation permet de traduire les paroles d’une personne, et il est possible de prendre des photos d’un texte et le traduire dans la langue désirée.

La coordonnatrice de l’Association a déjà offert plusieurs formations depuis avril à Victoria, et le projet commence à s’exporter à l’extérieur, à l’aide de webinaires. Elle espère que d’autres acteurs en contact avec la population, comme BC Transit, suivront la formation.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine