Retour

Vaccin contre la grippe : injectable ou nasal?

L'Ontario et le Québec offriront encore cette année le vaccin intranasal contre l'influenza aux enfants, même si les États-Unis ne comptent plus l'utiliser après avoir estimé son taux d'efficacité à seulement 3 % l'hiver dernier.

Un dossier de Julie-Anne Lamoureux, Michel Bolduc et Vincent Wallon

L'an dernier, l'Ontario, qui offre le vaccin antigrippal gratuitement à tous, avait vanté les mérites du FluMist, plus facile à utiliser auprès des enfants, parce qu'il ne nécessite pas de piqûre.

Toutefois, cette année, l'Ontario, tout comme le Québec, mettent les deux types de vaccin, par injection et par vaporisateur nasal, sur un pied d'égalité, après que Santé Canada eut détrôné le vaccin nasal comme option « préférentielle » pour les 2 à 17 ans, à la lumière de la « piètre » efficacité du FluMist aux États-Unis.

Les spécialistes s'expliquent mal le faible niveau de protection du vaccin nasal relevé aux États-Unis, comparativement aux bons résultats obtenus au Canada, en Finlande et au Royaume-Uni, dit le Dr Williams.

Pour sa part, le ministre ontarien de la Santé, le Dr Eric Hoskins, a toujours « confiance », mais il ne garantit pas qu'il utilisera le vaccin nasal pour son fils cet hiver.

Réactions partagées

La mère de famille de Toronto Shirley Moore raconte que ses enfants jumeaux de 6 ans ont adoré recevoir le vaccin nasal l'an dernier, plutôt qu'une piqûre. « Ils ont même ri », dit-elle.

Ses enfants n'ont pas contracté l'influenza l'hiver dernier et elle compte demander le FluMist à la clinique encore cette année.

De son côté, Samira Mubarekak, mère de famille et spécialiste des maladies infectieuses à l'hôpital Sunnybrook, à Toronto, a une perspective plus ambivalente.

Ses enfants ont eux aussi reçu le vaccin nasal par le passé. Elle leur demandera leur préférence cette année avant de prendre une décision, à la lumière des données aux États-Unis et ailleurs dans le monde.

Pour elle, le plus important, c'est que ses enfants soient immunisés.

Les explications de Santé Canada

Le Comité consultatif national de l'immunisation (CCNI) fonde notamment ses recommandations sur une étude comparative financée par les Instituts de recherche en santé du Canada qui a révélé que le vaccin nasal offrait une « protection similaire » à celle du vaccin par injection.

Santé Canada précise que l'efficacité du vaccin nasal serait même plus élevée pour les enfants de 6 ans et moins, mais que les résultats sont « moins probants » pour les enfants plus âgés. 

L'agence fédérale ajoute que les vaccins pour l'hiver n'ont pas encore été commandés et que son choix de type de vaccin antigrippal n'est pas lié à de telles considérations financières.

L'année dernière, l'Ontario a dépensé 3,45 millions de dollars pour l'achat de doses de FluMist. Environ 35 % des enfants qui ont été immunisés l'ont reçu, les autres ayant été vaccinés par injection. 

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine