Retour

Veillée à Montréal pour les femmes autochtones

Des centaines de personnes, répondant à l'appel de divers groupes, se sont rassemblées jeudi soir à Montréal, près de la Place des Arts, pour une veillée de solidarité avec les femmes autochtones.

En plus de réclamer la création rapide d'une commission d'enquête nationale sur les femmes autochtones assassinées ou disparues, ces groupes demandent la mise sur pied d'un comité indépendant pour enquêter sur les allégations d'abus perpétrés par des policiers à Val-d'Or.

« Si c'est une crise au Québec en ce moment, le cas des femmes assassinées et disparues, ce n'est pas parce que c'est récent. C'est parce ça a été longtemps en fabrication et c'est en train d'exploser », dit Melissa Mollen Dupuis, de la branche québécoise d'Idle No More, un des groupes qui ont organisé la veillée, aux côtés de Femmes autochtones du Québec et d'Amnistie internationale Canada.

D'origine innue, Melissa Mollen Dupuis déplore qu'il ait fallu un scandale à Val-d'Or pour enfin recevoir l'attention des médias.

« Ces femmes ont pris la parole et elles doivent obtenir justice du côté du gouvernement provincial », affirme-t-elle.

Le chef de l'Assemblée des Premières Nations du Québec et du Labrador, Ghislain Picard, était aussi présent. « Tenons-nous debout ensemble, les peuples autochtones et les non autochtones aussi, afin de faire en sorte que la poussière ne retombe pas trop vite », a-t-il dit à la foule.

Béatrice Vaugrante, directrice générale d'Amnistie internationale Canada francophone, salue le « courage » des femmes autochtones de Val-d'Or. « Il serait bon que la colère [que les allégations d'abus ont suscitée] donne de l'espoir et donne un plan d'action à court et à long termes pour un vrai changement », a-t-elle plaidé.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine