Retour

Venezuela : l’installation de l’Assemblée constituante reportée à vendredi

Le président vénézuélien, Nicolas Maduro, a reporté à vendredi la séance inaugurale de l'Assemblée constituante, dont la légitimité est contestée par l'opposition, qui entend bien manifester son désaveu demain.

Ce report de 24 heures permettra d’organiser la réunion « dans la paix, dans la tranquillité et avec tout le protocole nécessaire », a déclaré M. Maduro devant les 545 membres de cette assemblée élue dimanche dans des conditions chaotiques.

Le scrutin, qui s’est déroulé dans un climat de violence ayant fait 10 morts, est entaché de fraude généralisée, a dénoncé l’opposition vénézuélienne. Une affirmation corroborée par l’entreprise britannique Smartmatic, chargée des opérations de vote et présente au Venezuela depuis 2004.

« Nous savons, sans le moindre doute, que [les chiffres de] la participation à l'élection d'une Assemblée constituante nationale ont été manipulés », a déclaré Antonio Mugicala, le PDG de Smartmatic.

M. Maduro a rejeté du revers de la main les accusations de fraude, évoquant une « réaction de l’ennemi international ». Pour lui, le scrutin a été « transparent ».

Pour sa part, la présidente du Conseil national électoral (CNE), Tibisay Lucena, a qualifié la déclaration du responsable de Smartmatic d’« irresponsable ».

« C'est un séisme », a réagi de son côté Julio Borges, le président du Parlement dominé par l'opposition.

Devenue une figure de proue de l’opposition anti-Maduro, la procureure générale du Venezuela Luisa Ortega a indiqué avoir ouvert une enquête sur les soupçons de fraude qui entourent le scrutin controversé.

« Je vous informe que j'ai désigné deux magistrats pour enquêter sur les quatre directeurs du CNE pour cet acte très scandaleux », a déclaré Mme Ortega à la chaîne d'information américaine CNN.

Mme Ortega avait dénoncé lundi la Constituante et « une ambition dictatoriale » du successeur de Hugo Chavez.

L’opposition a reporté à vendredi sa manifestation qui devait avoir lieu jeudi contre l’installation de l’Assemblée constituante, promettant de continuer à siéger au Parlement élu fin 2015.

« Pour défendre la Constitution contre la fraude, la mobilisation d'aujourd'hui [jeudi] aura lieu demain, 4 août », a écrit sur Twitter la coalition de l'opposition Table de l'unité démocratique (MUD).

Par cette décision, les opposants veulent faire coïncider leur action de protestation avec le début des travaux de la Constituante.

L'Assemblée constituante dispose d'importants pouvoirs. Outre celui de rédiger une nouvelle constitution pour remplacer celle qui est en vigueur depuis 1999, elle peut dissoudre des institutions existantes, comme l'Assemblée nationale, où l'opposition est majoritaire, après 17 ans de domination chaviste.

L’opposition vénézuélienne a dénoncé les velléités du président Nicolas Maduro à s’adjuger tous les pouvoirs en contournant l'Assemblée nationale.

Condamnations et sanctions internationales

Le pouvoir vénézuélien s’est attiré les foudres de la communauté internationale. Les conditions du vote ont été dénoncées par les États-Unis, l'Union européenne, et plusieurs pays d'Amérique du Sud comme l'Argentine, le Pérou ou la Colombie.

L’Union européenne (UE) a refusé mercredi de reconnaître l’Assemblée constituante. « L'élection de l'Assemblée constituante a durablement aggravé la crise au Venezuela », a déclaré Federica Mogherini, chef de la diplomatie européenne.

« L'installation effective de l'Assemblée constituante devrait être suspendue et les attributions de toutes les institutions telles que prévues par la Constitution devraient être explicitement reconnues », a réagi Mme Mogherini.

De son côté, le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a appelé les autorités « à faire tous les efforts possibles pour réduire les tensions » dans ce pays pétrolier au bord de l'effondrement économique.

Washington a pour sa part décidé des sanctions contre le président vénézuélien.

La Chine, soutien traditionnel de Caracas, a estimé que l'élection de dimanche s'était « globalement déroulée sans accroc » à travers tout le pays.

Dans un communiqué diffusé mercredi soir, le ministère chinois des Affaires étrangères observe que l'élection s'est déroulée « globalement sans accroc », tout en notant « la réaction de toutes les parties concernées ».

« Nous espérons sincèrement que toutes les parties au Venezuela pourront résoudre calmement la question à travers un dialogue pacifique, dans un cadre légal, et préserver la stabilité et le développement socio-économique du pays », dit-il.

C’est dans ce contexte délétère marqué par l’effritement du soutien de l’armée vénézuélien au chef de l’État que M. Maduro a désigné un nouveau ministre des Affaires étrangères. Détenteur du portefeuille des Mines, Jorge Arreaza succède à Delcy Rodriguez, élu à l’Assemblée constituante.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine