La chaleur accablante et l'humidité ont fait place vendredi à des températures beaucoup plus confortables dans le sud de l'Ontario, du Québec et du Nouveau-Brunswick au terme d'une semaine de canicule, au cours de laquelle au moins 34 personnes ont perdu la vie au Québec.

Chassée par des vents du nord-ouest qui se sont levés jeudi en soirée, la masse d’air chaud et humide qui stagnait sur l’est du Canada s’est dissipée, faisant place à des températures plus fraîches de 18 à 25 degrés Celsius, selon les régions.

Environnement Canada a d’ailleurs levé ses avertissements de chaleur accablante pour l’Ontario, le Québec et les Maritimes.

Des lignes d’orages qui ont traversé le Québec pendant la nuit ont également privé plusieurs milliers de foyers d’électricité en raison des forts vents et de a foudre qui ont endommagé le réseau de distribution d’Hydro-Québec. À 7 h jeudi matin, 8000 foyers étaient toujours sans électricité dans la province.

Dans la grande région de Montréal, on prévoit 23 degrés Celsius en journée avec un facteur humidex pratiquement nul. Il en va de même pour Toronto, Ottawa, Québec ainsi que dans les Maritimes.

Canicule meurtrière

Le retour du temps plus doux est accueilli comme un soulagement après plus de sept jours d’une canicule où le mercure a franchi les 36 degrés Celsius à plusieurs reprises. Alourdie par l’humidité, cette chaleur a porté l’indice de température ressentie autour de 45 pendant une semaine dans tout l’est du pays.

Au Québec, les autorités de la santé publique estiment que cette vague de chaleur hors du commun est liée à la mort d’au moins 34 personnes, dont 18, à Montréal. Les autres décès ont été rapportés en Estrie, à Laval, en Mauricie et en Montérégie. Aucun décès lié à la chaleur n’a été rapporté en Ontario et au Nouveau-Brunswick.

Mesures d'urgence

Partout dans le sud du Québec, où la canicule a frappé fort, de nombreuses municipalités ont pris des mesures spéciales pour s’assurer que leurs citoyens puissent avoir accès à des soins, de l’eau et des bâtiments climatisés pour avoir un peu de répit.

Plusieurs villes ont notamment prolongé les heures d’ouverture des piscines publiques, distribué des bouteilles d’eau ou permis aux gens souffrant de la chaleur d’accéder à des locaux municipaux climatisés hors des heures d’ouverture habituelles.

À Montréal, où un centre de coordination des mesures d’urgence a été ouvert, plus de 40 000 ménages ont été visités par les pompiers, les policiers ou la santé publique depuis le début de la canicule pour s’assurer que les personnes les plus vulnérables puissent se prémunir contre la chaleur accablante.

Les autorités de la santé publique entendent poursuivre les visites vendredi malgré le retour de la fraîcheur notamment dans les tours d'habitation non climatisées pour rencontrer les gens et s'assurer qu'ils disposent du minimum pour se prémunir contre la chaleur et la déshydratation.

Le système de santé a aussi été mis à rude épreuve au cours de cette canicule, notamment les ambulanciers de Montréal qui ont dû répondre à plus de 1200 appels par jour, soit 30 % de plus qu’en temps normal, toute la semaine dernière.

« Pour la journée de jeudi, on a reçu 1372 appels en 24 heures, dont 40 appels directement liés à la chaleur », explique Jean-François Coornaert, chef aux opérations à Urgences-santé, qui précise qu’un grand nombre d’appels concernaient des malaises ou des problèmes de santé aggravés par la chaleur intense.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Un grand danois se baigne pour la première fois





Rabais de la semaine