Retour

Vers une 4e journée de délibérations au procès de Jacques Corriveau

Après trois jours de délibérations, les jurés ne sont pas encore parvenus à un verdict, samedi, au procès de Jacques Corriveau, accusé en lien avec le scandale des commandites. Les hypothèses vont bon train sur la direction que prennent les délibérations.

Un texte de Geneviève Garon

En ce week-end d'octobre, à part quelques nouveaux mariés et leur famille, les couloirs du palais de justice de Montréal sont pratiquement déserts.

En fin d'après-midi, après une troisième journée sans verdict, Jacques Corriveau, 83 ans, et sa compagne se préparaient à rentrer tranquillement chez eux, lorsque le constable spécial est entré dans la salle d'audience avec une enveloppe du jury. La tension a monté d'un cran, comme chaque fois que les jurés se manifestent.

Le calme est toutefois revenu rapidement lorsque la nature de l'intervention a été connue.

Retour au témoignage de Jean Brault

Les jurés veulent réécouter les quelques heures d'enregistrement des directives que le juge leur a données jeudi. Ils demandent également plus d'explications au sujet du chef d'accusation de « trafic d'influence ».

Faut-il en déduire que les jurés sont encore en train de prendre position sur le premier chef d'accusation et n'ont pas encore abordé les deux autres? Nul ne sait...

Les avocats seront donc en salle d'audience dimanche matin pour s'entendre sur la réponse appropriée à donner aux jurés. Ces derniers n'assisteront pas aux discussions des avocats devant le juge.

Samedi matin, le jury a demandé à réécouter le témoignage de Jean Brault, l'ancien président de Groupaction qui a été incarcéré pour son rôle dans le scandale des commandites. Il est l'un des témoins-clés de la Couronne.

Jacques Corriveau est accusé de trafic d'influence, de fabrication de faux documents et de recyclage des produits de la criminalité.

À l'issue de la commission Gomery en 2005, le juge avait décrit l'organisateur libéral comme étant « l'acteur principal d'un dispositif bien huilé de pots-de-vin qui lui a permis de s'enrichir personnellement et de donner de l'argent et des avantages au Parti libéral du Canada. »

Plus d'articles