Retour

Victoire de Contador en altitude, Froome garde le maillot rouge

Devant ses partisans, Alberto Contador a saisi sa dernière occasion de marquer les esprits. Samedi, l'Espagnol a gagné la 20e étape de la Vuelta en solo au sommet de l'Angliru, un col brutal et redouté, tandis que Christopher Froome a terminé 3e, confirmant à toutes fins pratiques sa victoire au classement général.

Le Britannique de l'équipe Sky deviendra le premier coureur à réussir le doublé Tour de France-Tour d'Espagne dans la même année depuis Bernard Hinault, en 1978.

« Pour moi, réussir le doublé Tour-Vuelta est une sensation formidable, a déclaré Froome. Merci à tout le monde pour le soutien au cours des dernières semaines et des derniers mois. Merci à mon équipe qui a été formidable. C'était une montée très difficile, vraiment rude. Nous avons tout fait pour essayer de rattraper Alberto, mais il était trop fort aujourd'hui. Bravo à lui, parce que c'est magnifique de terminer sa carrière ainsi. »

Contador (Trek), 34 ans, avait annoncé, il y a quelques semaines, que la Vuelta serait sa dernière compétition professionnelle. Puisque la 21e étape, dimanche, dans les rues de Madrid, risque de favoriser les sprinteurs, la 20e était sa dernière occasion de marquer les esprits.

Il a rejoint un groupe de quatre coureurs pendant l'ascension de l'Angliru et les a doublés pour terminer en solitaire cette montée marquée par des pentes à plus de 20 %, où il avait gagné en 2008.

« Je ne pouvais pas vivre une fin de carrière aussi belle que celle-ci, en parvenant à gagner au sommet de l'Angliru, a reconnu Contador. J'ai tout donné. Ce matin, il était clair pour moi que c'était mon jour. Je devais tirer ma révérence de cette matière. Il n'y avait pas de meilleur moment ou de meilleur endroit pour dire au revoir. »

Le triple lauréat de la Vuelta (2008, 2012, 2014) a même profité de l'aide de coureurs d'autres équipes, unis pour saluer le chant du cygne de ce géant de la route, au tempérament offensif rare dans un cyclisme toujours plus corseté.

L'Espagnol Enric Mas (Quickstep), ancien pensionnaire des équipes de jeunes de la Fondation Contador, a ainsi offert pendant quelques centaines de mètres son sillage à son mentor, comme une marque de reconnaissance.

En franchissant la ligne, le « Pistolero » Contador a incité le public à donner de la voix avant de reproduire, pour la dernière fois, le geste de célébration qui lui a valu son surnom : index tendu et pouce levé, comme pour tirer son ultime cartouche en tant que coureur cycliste professionnel.

Froome et son coéquipier Wout Peols ont terminé l'épreuve avec seulement 15 secondes de retard sur l'Espagnol.

Le Canadien Michael Woods (Cannondale) a franchi le fil d'arrivée en 10e place.

Pour sa part, le Québécois Hugo Houle s'est vu décerner la 128e place au classement de l'étape. L’athlète de Sainte-Perpétue a accusé un retard de 25 minutes 6 secondes sur l’homme du jour lorsqu’il a franchi la ligne d’arrivée en solitaire.

Le Français Romain Bardet a réalisé le meilleur résultat de son équipe avec une neuvième place.

« C’était une des étapes les plus difficiles avec la montée à la fin qui a 26 % d’inclinaison. Nous avons eu beaucoup de pluie aussi, ce qui faisait que c’était assez dangereux dans les descentes. Je suis bien content d’avoir passé au travers ! a ajouté le cycliste de 26 ans. L’échappée s’est formée tôt en début de course. Nous avions Bardet dedans, mais il s’est fait rattraper dans la montée finale à environ deux ou trois kilomètres de l’arrivée. »

Plus d'articles

Commentaires