Retour

Violation « inacceptable » de la vie privée à l'Agence du cancer, selon le commissaire à la vie privée de la Saskatchewan

Le licenciement devrait être une option dans les cas extrêmes où les employés de la santé consultent de façon inappropriée les renseignements confidentiels des patients, a dit le commissaire à l'information et à la vie privée de la Saskatchewan, Ronald Kruzeniski. Ce dernier réagissait à la violation de la vie privée à l'Agence du cancer de la Saskatchewan révélée lundi.

M. Kruzeniski n'exige pas le renvoi des deux employés responsables de la brèche à l'Agence, mais se dit déçu de voir que ce problème existe encore dans le système de santé de la province.

Que ce soit par pure curiosité, par colère contre d'anciens partenaires ou de la part de membres de la famille inquiets, ces atteintes à la vie privée des patients doivent être arrêtées, affirme-t-il. « Dans les cas extrêmes, le renvoi devrait être considéré », explique le commissaire.

M. Kruzeniski recommande que les agences de santé offrent plus de formation aux employés ainsi qu'un rafraîchissement de leurs connaissances afin qu'ils comprennent mieux les limites de leurs droits d'accès aux informations des patients. Il demande aussi une divulgation obligatoire de ces violations au bureau du commissaire.

Le gouvernement provincial a un projet de loi en cours d'élaboration pour établir la consultation inappropriée d'informations confidentielles comme une infraction. Il devrait être entériné à l'automne, selon M. Kruzeniski.

Plus d'articles

Commentaires