Retour

Violence conjugale : « Elle a pris le couteau à deux mains et a visé ma poitrine »

Dans la société, il est généralement admis que les victimes de violence conjugale sont majoritairement des femmes. C'est tout faux, selon un professeur de UBC qui se bat pour que les hommes victimes de violence conjugale soient également reconnus. Une ancienne victime accepte de témoigner.

Un texte de Julie Landry

Presque trente ans après s'être sorti d'une relation abusive, Alexander (que nous identifions ainsi pour protéger l'intimité de ses proches) veut aujourd'hui partager une page sombre de son passé dans l'espoir que son histoire aidera quelqu'un.

Il est resté six ans avec sa première femme qui, selon ses dires, le frappait, lui tirait les cheveux et lui lançait des objets sur une base régulière. Le point culminant pour lui a été lorsqu'elle l'a frappé d'un coup de couteau. « Elle a pris le couteau à deux mains et a visé ma poitrine. J'étais couché sur le dos. J'ai instinctivement levé mes genoux et elle a planté la pointe du couteau dans ma jambe », se souvient-il.

Aujourd'hui, certains de ses amis lui reprochent de vouloir raconter son histoire tellement le tabou entourant les hommes victimes de violence conjugale est encore bien ancré dans la société. Ce regard critique de la société, il l'a également senti quand il était pris dans le cycle de la violence pendant qu'il était avec sa première femme. « J'ai été montré du doigt : ''Comment peux-tu laisser ça t'arriver? Tu es l'homme, reprends le contrôle!'' », raconte l'homme de Vancouver. Après l'agression dont il a été victime, il est resté amer devant les policiers qui ont tenu pour acquis que c'était lui l'agresseur.

Selon Don Dutton, un professeur de psychologie de l'Université de la Colombie-Britannique qui étudie la violence familiale depuis 30 ans, la société a du mal à admettre qu'il y a autant d'hommes victimes de violence conjugale que de femmes.

M. Dutton a utilisé les données de l'enquête sociale générale sur la victimisation produite tous les quatre ans par Statistique Canada. En 2014, sur les 33 000 Canadiens sondés, une proportion égale d'hommes et de femmes (4 %) ont déclaré avoir été victimes de violence conjugale au cours des 5 années précédentes, même si les femmes étaient proportionnellement plus nombreuses que les hommes à avoir déclaré des blessures corporelles à la suite de ces agressions.

Pour Don Dutton, les ressources et les services offerts aux victimes sont disproportionnés par rapport à la réalité. Il n'existe aucun refuge pour hommes battus et la formation des policiers tient pour acquis que l'agresseur est l'homme, explique-t-il. « Le système exclut les hommes victimes », s'inquiète-t-il. Il croit que les hommes d'aujourd'hui doivent se battre pour des services, comme les femmes dans les années 1970.

Don Dutton aimerait que le financement des programmes et les politiques publiques soient établis à partir des données de Statistique Canada, au lieu de ce qu'il appelle une « idéologie politique ». Ses lettres au gouvernement n'ont pas eu de suite.

Alexander, lui, aimerait bien que la population accepte d'admettre l'inadmissible.

« Effacez ce que vous pensez connaître, examinez les faits et si les faits vous disent quelque chose de différent, acceptez-les », suggère celui qui est aujourd'hui heureux avec sa nouvelle femme et ses deux enfants.

La directrice générale de Vancouver Women's Health Collective et présidente de Réseau-femmes Colombie-Britannique, France-Emmanuelle Joly, veut rester prudente par rapport aux données de Statistique Canada. « C'est beaucoup plus complexe que de dire qui tape qui », explique celle qui croit que les statistiques ne contextualisent pas les agressions. 

Elle insiste pour dire qu'il ne faut pas oublier qu'il y a encore un manque d'endroits où les femmes se sentent en sécurité et qu'elles se retrouvent le plus souvent dans des situations d'isolement parce que les hommes ont tendance à avoir une meilleure sécurité économique et sociale.

C'est exactement le discours que Don Dutton remet en question. La bonne nouvelle, d'après lui, c'est qu'il y a maintenant certains groupes d'hommes qui s'organisent et qui veulent se faire entendre par le gouvernement.

Plus d'articles