Retour

Violentes émeutes à Charlotte après la mort d'un Noir, abattu par la police

De violents affrontements ont opposé, mardi soir à Charlotte, en Caroline du Nord, des policiers à des manifestants après la mort d'un homme noir abattu par un policier.

Keith Lamont Scott - la victime - a été abattu alors qu'il se trouvait dans une voiture sur le parking d'un immeuble. 

Il avait une arme à feu et était menaçant, a soutenu la police locale, qui reconnaît que M. Keith Lamont Scott n'était cependant pas le suspect qu'ils recherchaient.

La fille de la victime affirme que son père n'était pas armé et « avait seulement un livre à la main et attendait son fils ».

L'identité du policier qui l'a abattu a été révélée. Il s'agit d'un policier noir du nom de Brentley Vinson. Il a été suspendu de ses fonctions en attendant les résultats de l'enquête administrative.

Cette mort a provoqué des manifestations et des scènes de violence près du lieu où elle a eu lieu. Munis des pancartes où l'on pouvait lire : « La vie des Noirs compte [Black lives matter] », les manifestants scandaient : « Pas de justice, pas de paix. »

Selon une chaîne locale, les manifestants ont pillé un hypermarché de Walmart et ont attaqué et endommagé plusieurs véhicules de police. La police antiémeute a fait usage de gaz lacrymogène pour repousser les manifestants.

Le service de police de Charlotte-Mecklenburg fait état d'environ 12 policiers blessés.

Sur Twitter, la mairesse de Charlotte, Jennifer Roberts, a tenté d'apaiser les esprits en lançant un appel au calme aux habitants de la ville. « [Cette affaire] mérite des réponses et une enquête complète va être menée », écrit-elle.

Fortes tensions raciales aux États-Unis

Mardi, un autre homme noir a été abattu par une policière blanche, en Oklahoma, sous l'œil des caméras de police.

Les vidéos rendues publiques renseignent sur la scène : on voit clairement Terence Crutcher - la victime - tenu en joue par les policiers, marcher jusqu'à son véhicule, gardant les mains en l'air.

M. Crutcher, qualifié de « sale type » par un policier lors de l'intervention, semble approcher ses mains de sa voiture. Il est alors abattu.

Le chef de la police, Chuck Jordan a affirmé que l'homme n'avait aucune arme et que les images étaient « troublantes ».

Cette bavure n'est que la dernière d'une longue série qui a mobilisé la communauté noire et provoqué de violentes manifestations dans plusieurs villes des États-Unis depuis l'été 2014. Les bavures et les violences policières sont souvent perpétrées à l'encontre d'hommes noirs non armés.

Il y a notamment le cas de Michael Brown, un jeune homme de 18 ans abattu par un policier blanc à Ferguson (Missouri) en août 2014, alors qu'il n'était pas armé et ne présentait pas de menace directe, qui est devenu emblématique de ces dérives policières.

Ces bavures font que les policiers font l'objet d'attaques en guise de vengeance, comme en atteste la mort de cinq agents abattus à Dallas, au Texas, le 7 juillet, et de trois autres, 10 jours plus tard en Louisiane, à Baton Rouge. Les tueurs ont évoqué la mémoire de leurs frères noirs tués par des policiers.

Plus d'articles

Commentaires