Retour

Virus Zika : un nouveau critère pour les dons de sang

La Société canadienne du sang et Héma-Québec mettent en place de nouvelles mesures pour assurer la sécurité des produits sanguins en raison des risques associés au virus Zika.

À partir de dimanche au Québec - et dès vendredi dans le reste du Canada - les donneurs de sang qui reviennent d'un séjour dans une destination autre que la portion continentale des États-Unis ou de l'Europe devront attendre 21 jours après leur retour au Canada avant de faire un don de sang.

La même exigence s'applique aux donneurs de cellules souches et de sang de cordon ombilical qui reviennent d'un séjour à l'étranger.

Les mesures permettront aussi d'enrayer les risques associés à d'autres infections comme la fièvre dengue et le chikungunya.

La Société canadienne du sang et Héma-Québec estiment que ces mesures de précaution permettront d'éviter que des personnes pouvant avoir contracté ces virus dans les pays touchés puissent faire un don alors qu'elles sont encore porteuses du virus. Cela peut être le cas pendant quelques jours suivant leur retour de voyage.

Le risque qu'un donneur canadien transmette le virus Zika demeure très faible, précise toutefois la Société canadienne du sang. Le moustique porteur n'est pas présent au Canada; notre climat est trop froid, rappelle-t-elle. On a signalé très peu de cas de personnes qui ont contracté le virus Zika au cours d'un voyage.

La Société canadienne du sang recommande de donner du sang avant d'aller en voyage.

Le directeur des relations publiques d'Héma-Québec, Laurent Paul Ménard, s'attend à ce que l'adoption de ces mesures n'ait aucune incidence sur le niveau de la réserve collective de sang de l'organisme. Il estime que moins de 2 % des donneurs seront visés par cette exclusion.

Plus d'articles

Commentaires