Retour

« Vive la Série C, vive le génie du Québec! » - Philippe Couillard

« Vive la Série C, vive le génie du Québec, et on va de l'avant! », a lancé, enthousiaste, le premier ministre du Québec à l'annonce de la commande ferme de 75 appareils de la C Series par Delta Air Lines.

« C'est une nouvelle très significative pour l'économie du Québec, pour l'économie canadienne également, pour le secteur aéronautique canadien qui est concentré au Québec, avec l'innovation extraordinaire et reconnue partout qu'est la Serie C », affirme Philippe Couillard.

Pour lui, il n'y a aucun doute : les nouvelles commandes du transporteur Delta annoncées aujourd'hui confirment que son gouvernement a fait le bon choix en investissant 1 milliard de dollars dans la C Series pour créer une société en commandite appelée à compléter le développement de l'appareil et à le commercialiser.

« Il est clair aujourd'hui que le gouvernement, contrairement aux oppositions, a fait preuve de créativité, d'audace et de courage. N'eût été de ce partenariat entre le gouvernement du Québec et la Série C, il est probable que cette transaction n'aurait pas vu le jour », a fait valoir le premier ministre.

Pour Philippe Couillard, les nouvelles commandes montrent que Bombardier « est dans la bonne direction » pour assurer la rentabilité de son programme.

Le premier ministre se réjouit à la perspective que « plusieurs centaines d'emplois » vont s'ajouter dans la foulée de cette annonce.

Il n'a par ailleurs pas hésité à attaquer les partis d'opposition, qui ont sévèrement critiqué l'approche préconisée par son gouvernement.

« Jour après jour après jour, M. Péladeau et M. Legault ont été incapables de soutenir de façon très explicite la Série C, et ça a eu des impacts négatifs sur les investisseurs et les rencontres d'affaires que Bombardier tenait », a-t-il lancé.

M. Couillard ne croit pas qu'Ottawa pourrait profiter des commandes d'aujourd'hui pour choisir de ne pas investir dans Bombardier, comme il l'a fait dans pour le secteur automobile quand ce dernier a éprouvé de graves difficultés.

« Moi je crois que c'est encore nécessaire. Ils doivent être là. Je ne comprendrais pas pourquoi le gouvernement fédéral ne serait pas dans le secteur de l'aéronautique, dans le secteur le plus innovant en ce moment de l'économie canadienne », a-t-il dit.

Ottawa reste muet sur ses intentions financières

Dans un communiqué, le ministre fédéral de l'Innovation, des Sciences et du Développement économique, Navdeep Bains, a félicité Bombardier pour l'importante commande placée par Delta Air Lines. Il n'a cependant rien laissé filtrer des discussions en cours avec la compagnie en vue d'une éventuelle contribution financière.

« L'annonce faite par Bombardier aujourd'hui représente une excellente nouvelle, non seulement pour la compagnie, mais pour l'ensemble de l'industrie aérospatiale canadienne », s'est-il réjoui, en évoquant au passage la fierté des Canadiens face à cette réussite.

« Nous poursuivons le dialogue avec Bombardier », a-t-il encore dit. « Nous sommes résolus à continuer de travailler avec Bombardier et avec l'ensemble du secteur pour préserver le leadership mondial du Canada. »

« C'est une bonne nouvelle pour Bombardier, c'est une bonne nouvelle pour le Canada », a réagi le ministre des Transports, Marc Garneau, en vantant les appareils de la C Series.

Bombardé de questions sur les intentions financières d'Ottawa, il est toutefois demeuré muet, se contentant de dire que la discussion se poursuit « activement », et que les résultats seront annoncés ultérieurement par le ministre Bains.

Lorsqu'on lui a demandé pourquoi les pourparlers s'étiraient en longueur, il a déclaré : « C'est quelque chose d'important. On parle d'une discussion où il y a un milliard de dollars américains. C'est l'argent des contribuables ».

« Il y a des solutions dans le secteur privé », selon un député conservateur

Le député conservateur de Portneuf-Jacques-Cartier, Joël Godin, soutient que son parti est « ravi » de cette « excellente nouvelle » pour l'industrie aérospatiale canadienne. Il ne laisse cependant aucun doute quant au fait que son parti s'oppose à un investissement public dans Bombardier. 

« Il est clair qu'il y a des solutions dans le secteur privé pour aider Bombardier à faire fructifier le programme de la C Series », a-t-il commenté dans un communiqué. Si Ottawa devait investir, ajoute M. Godin, il devra « fournir aux Canadiens les détails de l'entente ».

M. Godin critique du même souffle la décision du ministre des Transports de ne pas approuver l'expansion de l'aéroport Billy-Bishop à Toronto, empêchant du coup Porter Airlines d'acheter 30 avions de la C Series. Il le presse de faire volte-face dans ce dossier. 

Le Nouveau Parti démocratique demande pour sa part une stratégie fédérale pour aider l'industrie aéronautique du Québec.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine