Retour

Vivre dans son véhicule : une option face à la crise immobilière de Vancouver

Vancouver est reconnue pour être un endroit où il fait bon vivre, mais où le coût de la vie est souvent trop élevé pour le faire. Certains font le choix, même s'ils travaillent à temps plein, de vivre dans leur véhicule pour économiser le prix d'un loyer. Il s'agit du concept du minimalisme à son extrême.

Un texte de Julie Landry

Quand Jessica Brousseau a perdu sa maison de Surrey dont elle ne pouvait plus payer l'hypothèque, le choix d'aller vivre dans un véhicule récréatif s'est présenté comme la meilleure option.

Plus de deux ans plus tard, elle ne le regrette pas. Sa « maison » lui a coûté environ 30 000 $, ce qui lui permet de vivre sans problèmes financiers.

Elle a même convaincu son amie Jolianne Bérubé de faire le saut. La coiffeuse, qui avait dû retourner à Ottawa parce qu'elle ne pouvait pas se permettre de vivre à Vancouver, a pu revenir dans sa ville de prédilection grâce à cette option minimaliste.

Jolianne Bérubé ne peut pas encore vivre dans son véhicule parce qu'il nécessite plus de réparations que prévu. Elle se fait aider par un ami charpentier qui réussit à concrétiser les idées qu'elle a.

Si le véhicule est assuré convenablement et que le propriétaire respecte les règles de stationnement, il n'est pas illégal de dormir dans sa voiture à Vancouver.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine