Retour

Vols dans les restos : c'est illégal de faire payer la note aux serveurs

Certains restaurateurs obligent les serveurs à payer de leur poche quand des clients partent en douce sans acquitter la facture. Des employés dénoncent cette pratique très répandue et pourtant illégale.

Un texte de Benoît Giasson à La facture

De très nombreux serveurs de bar ou de restaurant affirment qu'il y a régulièrement des vols dans leur établissement.

Des clients sortent fumer et en profitent pour se sauver en douce. D'autres partent sans payer quand leur serveur a le dos tourné ou quand il se rend aux cuisines chercher une commande. De toute évidence, il s'agit d'un vol.

Certains restaurateurs font payer les serveurs pour ces vols commis par des clients, selon les témoignages que nous avons recueillis. « On est en beau maudit! Au total, j'ai dû en avoir pour 300 $ au moins », confie un ancien serveur, qui préfère ne pas divulguer son nom. « Ils me répondent : "Oui, c'est à toi de surveiller ta section" », nous dit une ex-serveuse, qui garde l'anonymat par peur de représailles.

Un geste illégal

La Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité au travail (CNESST) juge que c'est illégal. L'article 85.1 de la Loi sur les normes du travail interdit à un employeur d'exiger d'un salarié « une somme d'argent pour payer des frais reliés aux opérations [...] de l'entreprise ».

Les restaurants de la chaîne La Station des sports font partie des établissements visés par notre enquête. Plusieurs serveurs anciens et actuels nous disent qu'ils ont dû payer la note lorsque des clients sont partis clandestinement.

Le propriétaire, Peter Sergakis, se défend de faire payer injustement ses serveurs.

Selon nos sources, le Peel Pub a une pratique semblable. L'établissement montréalais a même un règlement où il est écrit en toutes lettres que les serveurs sont responsables de la note quand des clients partent sans payer.

Mais le propriétaire du Peel Pub tient un autre discours. « Généralement, les serveurs ne sont pas responsables pour ça », affirme Sami Jmaiel, propriétaire du Peel Pub. Il a par contre refusé de nous montrer le règlement de l'établissement à ce sujet.

Selon la Commission, toute clause d'un contrat de travail stipulant que le serveur est responsable des vols commis par les clients n'est pas valide.

La Commission encourage les serveurs qui s'estiment lésés à protester auprès de leur employeur. Ils peuvent porter plainte à la CNESST.

Un enquêteur interviendra alors auprès du restaurateur et pourra même porter la cause devant les tribunaux. Et la Commission paiera tous les frais pour représenter les serveurs.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine