Retour

« Vous avez un vrai ami à la Maison-Blanche », dit Trump au lobby des armes

Des dizaines de milliers de membres de la puissante National Rifle Association (NRA) rassemblés vendredi, à Altanta, ont accueilli avec enthousiasme le président Donald Trump qui les a remerciés pour leur soutien en campagne électorale : « Vous avez été là pour moi et je suis prêt à être là pour vous ».

Donald Trump s'est félicité d'être le premier président en exercice à s'adresser au forum annuel de l'association depuis Ronald Reagan, en 1983. « Je peux fièrement dire que je ne vous laisserai jamais tomber », a-t-il assuré l'assemblée.

Réitérant les slogans qu'il scandait en campagne électorale, le président républicain a promis de redonner aux États-Unis leur grandeur passée et d'ériger un mur à la frontière avec le Mexique.

De nombreux militants de la NRA ont salué par des cris et des applaudissements la promesse que leur a faite Donald Trump de protéger le deuxième amendement de la Constitution américaine, qui garantit le droit de porter une arme.

Faisant allusion aux efforts déployés par Barack Obama pour réglementer la vente d'armes au pays, Donald Trump a déclaré que « les attaques perpétrées pendant huit années contre les libertés procurées par le second amendement venaient de prendre fin ».

Pas d'armes dans la salle, SVP

À l'extérieur du centre des congrès d'Atlanta, des manifestants étaient postés pour dénoncer l'appui présidentiel à la NRA.

Fait ironique, il était interdit aux membres de l'association d'apporter leur arme à l'intérieur de la salle où Donald Trump prononçait son discours. Les armes sont permises dans la plupart des endroits publics de l'État de la Georgie, y compris le centre des congrès. Mais lors de chaque apparition du président américain, les autorités interdisent les armes. Par conséquent, la NRA a mis à la disposition des congressistes des casiers pour qu'ils y déposent leur arme, le temps de l'adresse présidentielle.

Une économie en deçà des attentes

Cette prestation triomphante du président Trump devant la NRA tranche avec les nouvelles moroses parues vendredi sur la scène économique : il appert en effet que la croissance de l'économie américaine au premier trimestre est en deçà des attentes.

Alors que les économistes avaient projeté une croissance oscillant autour de 1,2 %, le département du Commerce américain a annoncé une croissance de 0,7 % en rythme annualisé du produit intérieur brut (PIB).

Il s'agit du taux le plus faible enregistré depuis le premier trimestre de 2014.

Les deux facteurs expliquant cette faible performance sont une hausse négligeable des dépenses de consommation et le moindre investissement des industries dans leurs stocks.

Aux yeux des experts, ces nouvelles rendent plus improbable l'ambition du président Trump de hausser la croissance à 3 %, voire à 4 %, et ce, de manière soutenue. Les analystes prévoient plutôt une croissance annuelle de seulement 2,2 à 2,3 %, d'ici 2019.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un chiot décide de se rafraîchir... dans le réfrigérateur





Rabais de la semaine