Retour

Washington augmentera de 50 % le budget destiné à contrer l'État islamique

Le secrétaire américain à la Défense, Ashton Carter, a indiqué mardi que le budget du Pentagone consacré au financement de la lutte contre le groupe armé État islamique (EI) sera accru de 50 % à compter de 2017. Ce budget passera ainsi à 7,5 milliards de dollars.

Dans un discours prononcé devant un forum économique de la capitale fédérale, M. Carter a aussi fait savoir que le Pentagone quadruplera l'enveloppe budgétaire des forces américaines en Europe, à 3,4 milliards de dollars, afin de contrer « l'agression » russe.

Le budget de la défense 2017, qui sera présenté en détail mardi prochain, prévoit 582,7 milliards de dollars de dépenses au total.

La présence de l'EI en Libye inquiète

Pendant ce temps, à Rome, les pays membres de la coalition internationale contre l'EI, dont fait partie le Canada, ont réaffirmé mardi leur détermination à vaincre l'organisation djihadiste, se disant toutefois préoccupés par sa montée en puissance en Libye.

« Nous allons intensifier et accélérer notre campagne contre Daesh », ont affirmé les ministres des Affaires étrangères dans leur communiqué final. « Nous réaffirmons notre engagement à infliger une défaite durable à cette organisation barbare ».

Il n'est toutefois pas question à ce stade de se lancer dans une intervention militaire en Libye, où la priorité reste la formation d'un gouvernement d'union nationale. L'État islamique avait profité de la chute du dictateur Mouammar Kadhafi pour prendre racine dans le pays.

Le Canada étudie diverses options

Le ministre canadien des Affaires étrangères, Stéphane Dion, s'est rendu à Rome pour participer à la réunion. Même si le gouvernement Trudeau s'est engagé à cesser ses bombardements contre l'EI en Irak et en Syrie, M. Dion a réaffirmé son engagement dans la lutte contre l'organisation djihadiste.

« Le Canada demeure fermement résolu à lutter contre l'EI et, en consultation avec ses alliés et ses partenaires, il étudie diverses options pour redéfinir son rôle au sein de la coalition afin de faire un meilleur usage de l'expertise du Canada tout en apportant un complément au travail de ses partenaires de la coalition de manière à garantir un effet maximal », a-t-il déclaré par voie de communiqué.

Le Canada avait été exclu d'une réunion des ministres de la Défense de la coalition, le 19 janvier dernier, à Paris. Cependant, la directrice des communications du ministre canadien de la Défense, Harjit Singh Sajjan, avait insisté sur le fait que la décision d'Ottawa de cesser ses bombardements contre l'EI n'était pas en cause.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine