Retour

Washington va annoncer des sanctions contre la Russie

Washington prévoit annoncer jeudi des mesures de rétorsion contre la Russie, accusée d'avoir piraté les institutions démocrates et diffusé ces informations dans le but de favoriser l'élection de Donald Trump et d'autres candidats républicains, ont annoncé mercredi deux responsables américains.

Ces responsables n'ont pas précisé la teneur des mesures approuvées par Barack Obama.

Plusieurs pistes ont été évoquées lors de discussions : sanctions économiques ciblées, mises en examen, diffusion d'informations susceptibles de confondre des responsables russes et des oligarques ou encore des restrictions visant les diplomates russes.

Le ministère russe des Affaires étrangères a réagi jeudi en estimant que l'imposition de nouvelles sanctions serait vue comme une tentative de nuire à la coopération entre les deux pays.

Mais, ajoute-t-il dans un communiqué cité par l'agence de presse RIA, toute mesure en ce sens pourrait se trouver annulée par Donald Trump, qui entrera à la Maison-Blanche le 20 janvier.

Washington a cherché à éviter des mesures susceptibles d'attiser un cyberconflit avec la Russie, précisent-ils. Toute interférence avec des services de messagerie russes aurait par exemple constitué une mesure excessive, ajoutent-ils.

Le FBI, la CIA et la direction du renseignement national américain ont conclu à la responsabilité de la Russie dans le piratage des serveurs du Comité national démocrate pendant la campagne présidentielle. Les agences conviennent aussi que les attaques avaient pour but de favoriser Donald Trump face à Hillary Clinton.

Le Kremlin a démenti toute implication. Le président désigné Donald Trump a balayé les rapports des services de renseignement américains.

« Je pense que nous devrions reprendre le cours de nos vies », a dit Trump mercredi à des journalistes depuis sa propriété de Mar-a-Lago, en Floride, interrogé sur la possibilité de sanctions.

« Je pense que les ordinateurs ont grandement compliqué nos vies. L'âge de l'ordinateur fait que personne ne sait exactement ce qu'il se passe », a-t-il ajouté.

Le président sortant avait promis des sanctions au début du mois.

Nous devons prendre des mesures et nous le ferons.

Barack Obama, dans une entrevue à la National Public Radio (NPR)

La porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a prévenu mercredi que le Kremlin riposterait contre Washington si de nouvelles sanctions économiques étaient adoptées.

Les États-Unis ont pris des sanctions contre Moscou en 2014 en réaction à l'annexion russe de la Crimée.

Le sénateur américain républicain Lindsey Graham avait évoqué plus tôt mercredi des « sanctions bipartisanes » contre la Russie, en marge d'un voyage dans les pays baltes.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une bulle gèle sous nos yeux





Concours!



Rabais de la semaine