Retour

Waukesha pourra puiser son eau dans le lac Michigan

La municipalité de Waukesha, en banlieue de Milwaukee, pourra bel et bien puiser son eau potable dans le lac Michigan. Les huit États américains membres du Conseil des ressources en eau des Grands Lacs et du fleuve Saint-Laurent ont donné leur approbation au projet, mardi, lors d'une rencontre tenue à Chicago.

Cette décision est susceptible de soulever la controverse, puisque seules les villes faisant partie du bassin versant des Grands Lacs pouvaient jusqu'ici agir de la sorte. Waukesha, située à 24 kilomètres du lac Michigan, ne fait cependant pas partie de ce territoire.

La demande de la municipalité de 70 000 habitants avait d'ailleurs soulevé une certaine opposition de la part de maires de villes canadiennes et américaines, qui craignent que le précédent n'ouvre la porte à d'autres demandes du genre.

Waukesha a demandé à avoir accès à l'eau du lac Michigan parce que ses propres sources d'eau potable s'épuisent, et que cette eau est contaminée au radium, un métal cancérogène.

La municipalité faisait valoir qu'elle se trouvait dans un comté chevauchant le bassin hydrographique des Grands Lacs. Elle s'était aussi engagée à ce que son projet d'alimentation en eau potable, évalué à 207 millions de dollars américains, prévoie le retour des eaux traitées dans le lac Michigan.

Devant l'opposition soulevée par sa demande, Waukesha avait également réduit le volume d'eau demandé. Elle prévoit maintenant puiser 31 millions de litres d'eau par jour dans le lac, plutôt que 38 millions, comme elle le souhaitait au départ.

L'État de New York, l'Illinois, l'Indiana, le Michigan, le Minnesota, l'Ohio, la Pennsylvanie et le Wisconsin sont les huit États membres du  « Great Lakes Compact » qui ont approuvé la demande de Waukesha. Leur décision devait être unanime pour que le projet puisse aller de l'avant. 

La position du Québec dans ce dossier

Au Québec, le ministère du Développement durable, de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques avait fait part de ses conditions devant la demande de Waukesha.

Sur le site Internet du ministère, Québec affirme avoir voté, le 18 mai dernier, « en faveur de la déclaration commune » qui comportait de nombreuses conditions pour que Waukesha puisse aller de l'avant. Québec dit avoir apposé sa signature dans la mesure où ces conditions « seront respectées dans leur intégralité ». Il s'agissait entre autres de la réduction du volume d'eau puisé à même le lac.

Sur son site, le ministère de David Heurtel rappelle du même souffle que les huit États membres du Compact avaient « un droit de veto leur permettant d'approuver ou de rejeter le projet » de Waukesha. On sait désormais que ces États l'ont approuvé.

À l'heure actuelle, les Grands Lacs constituent la source d'approvisionnement en eau potable de 33 millions de personnes, dont 9 millions de Canadiens, selon le gouvernement fédéral. Huit des vingt plus importantes villes du pays y puisent leur eau.

« C'est inacceptable », dit Denis Coderre

De leur côté, 120 municipalités membres de l'Alliance des villes des Grands Lacs et du Saint-Laurent sont fort mécontentes du feu vert donné à Waukesha. 

Par voie de communiqué, les 120 maires de l'Alliance ont fait savoir qu'ils étaient « profondément déçus de la décision en faveur de Waukesha ». Parmi eux se trouve Denis Coderre, maire de Montréal et président du conseil d'administration de cette Alliance.

En impromptu de presse, Denis Coderre a déclaré que la nouvelle voulant que Waukesha puise désormais son eau dans le lac Michigan était « inacceptable ». 

M. Coderre compte discuter de cette question « hautement politique » avec les gouvernements du Québec et du Canada. 

120 municipalités envisagent un recours juridique

En entrevue sur ICI RDI, le maire de Salaberry-de-Valleyfield n'exclut pas que l'Alliance intente rapidement un recours judiciaire pour contester cette autorisation donnée à Waukesha.

Denis Lapointe rappelle que, par le passé, l'État du Nevada avait demandé à recevoir par pipeline, de l'eau du lac Michigan.

Avec les changements climatiques, prévient Denis Lapointe, les demandes du genre de celle faite par Waukesha risquent de se multiplier.

Une rivière déjà détériorée

La Ville de Waukesha propose de retourner l'eau vers le lac Michigan par la rivière Root. Or, les maires membres de l'Alliance rappellent que les eaux de la rivière sont déjà considérées comme étant détériorées. Lors des périodes sèches de l'été, les eaux usées de Waukesha constitueraient 80 % à 90 % de l'eau de la rivière.

« Même si Waukesha respecte les normes de rejet, le volume et l'écoulement des eaux pourraient causer un brassage des sédiments, permettant à des polluants d'être remis en suspension », met en garde l'Alliance des villes des Grands Lacs et du Saint-Laurent.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine