Retour

Weight Watchers veut proposer des adhésions aux enfants dès l’âge de 13 ans

Le chef de file mondial des programmes d'aide à la perte de poids Weight Watchers fait face à une nouvelle controverse. La célèbre entreprise a annoncé qu'elle offrira aux enfants de 13 à 17 ans des adhésions gratuites. Une stratégie qui vise à doubler les revenus et adhésions de l'entreprise dans un contexte d'obésité infantile en constante augmentation.

« Ils [les enfants] accompagnés d’un adulte bénéficieront d’un accès gratuit à Weight Watchers, ce qui les aidera à développer des habitudes saines à un stade critique de la vie », a déclaré la nouvelle PDG Mindy Grossman, lors d'un événement réunissant les employés de la marque, à New York, le 7 février dernier.

D’ici à la fin de 2020, Weight Watchers a prévu doubler ses revenus et ses adhésions. L'entreprise souhaite atteindre son but en visant un public plus jeune.

Le centre d'information national des troubles de l'alimentation (NEDIC) et la National Eating Disorders Association des États-Unis ont tous deux condamné l'offre.

La porte-parole du NEDIC, Kelsey Johnston, a déclaré que le régime chez les jeunes est un facteur de risque important pour le développement des troubles de l'alimentation. Selon l'organisation, environ un adolescent canadien sur cinq suit déjà un régime.

Une campagne sur les médias sociaux #WakeUpWeightWatchers ainsi qu'une pétition en ligne exhortent la firme à annuler son offre destinée aux adolescents.

L’obésité chez les jeunes cache souvent un problème plus profond

Rosie Schwartz, diététicienne de Toronto, compte parmi ses clients des jeunes en surpoids ou atteints d’obésité. Selon elle, l’épidémie d’obésité chez l’enfant est le symptôme d'un problème bien plus profond qui n'est souvent pas abordé lors d’un régime alimentaire.

« Nous devons changer l'environnement alimentaire des enfants », dit-elle.

Pour chaque patient atteint de surpoids, relate-t-elle, il faut tenir compte des facteurs de risque tels que l’indice de masse corporelle, les antécédents familiaux, l’origine ethnique et aussi l’âge.

Le docteur Tom Warshawski, pédiatre à Kelowna, en Colombie-Britannique, est plus mesuré à propos de l’annonce de Weight Watchers. Il reconnait qu’un régime alimentaire peut entraîner des troubles de l'alimentation, mais le problème du surpoids est encore plus important.

Il insiste sur la période charnière que représente l’adolescence dans le processus de croissance. « En grandissant, il faut augmenter sa masse musculaire. Il faut devenir plus lourd. Alors, la perte de poids n'est pas toujours ce que nous recherchons chez les adolescents. Nous cherchons à maintenir le poids et à faire grossir le corps », explique-t-il.

Depuis 1975, le Canada possède un taux d’obésité supérieur à la moyenne mondiale et l’écart ne cesse de se creuser avec les années.

En 2015, Oprah Winfrey, ancienne animatrice d'un talk-show télévisé, est devenue l'un des principaux actionnaires de Weight Watchers. L'entreprise a depuis augmenté ses revenus et ses adhésions, tout en essayant de revaloriser son image en tant que partenaire dans la promotion de modes de vie sains.

Avec Vik Adhopia de CBC

Plus d'articles