Retour

Winnipeg toujours la ville la plus dangereuse, selon les Canadiens

La métropole du Manitoba arrive en dernière position du classement des villes canadiennes considérées comme les plus sécuritaires. Ottawa se classe au sommet du classement, selon le sondage Mainstreet/Postmedia publié mercredi.

L’an dernier, la capitale manitobaine s’était vue décerner l’indésirable titre de ville la moins sécuritaire parmi les 15 principales villes du pays, et les perceptions à l'égard de Winnipeg ne se sont pas améliorées depuis.

Environ 55 % des Canadiens – et 59 % des Manitobains – considèrent que la ville natale de Terry Fox n’est pas sécuritaire.

Selon des données de Statistique Canada, le taux de criminalité à Winnipeg a grimpé de 13 % et l’indice de gravité de la criminalité a augmenté de 11 % au cours de la dernière année, remontant la ville à la troisième place en ce qui concerne les crimes graves, derrière Moncton et St. John’s.

« Nous savons que la criminalité est en nette progression, et nous recevons de plus en plus d’appels au 911 », affirme l’agent Rob Carver, porte-parole du Service de police de Winnipeg, ajoutant qu’il croit tout de même que « les données sont faussées » et que « la plupart des gens ne sont pas victimes de crimes violents ».

Des sentiments trompeurs

Pourtant, la capitale manitobaine est loin d'être la ville où le taux de criminalité est le plus élevé.

Selon un rapport de Statistique Canada de 2016, c'est à Regina qu'on enregistre le plus fort taux de criminalité. À cet égard, Winnipeg ne se trouve qu'à la cinquième position du classement, loin derrière Saskatoon, Edmonton et Vancouver.

La seule autre ville qui affiche un score négatif auprès des répondants en matière de sentiment de sécurité est Toronto. Et pourtant, la Ville Reine maintient le plus faible taux de criminalité parmi les grandes villes canadiennes.

« D’après les statistiques, Toronto est la ville la plus sécuritaire », explique Dr Joseph Angolane, vice-président de Mainstreet Research. « Mais cela peut être difficile à faire comprendre au public, parce que la couverture médiatique des crimes dans la ville est amplifiée par leur diffusion dans les réseaux sociaux et sur les chaînes nationales. »

L'effet amplificateur des médias

Ce même phénomène est responsable des perceptions déformées de Winnipeg et d’un brusque changement de la perception publique de la sécurité à Québec, affirme Quito Maggi, président de Mainstreet Research.

M. Maggi observe que les reportages au sujet de la capitale manitobaine et repris dans les médias nationaux, ainsi que dans les réseaux sociaux, n’ont rien fait pour rendre la ville plus sympathique à l’opinion générale.

Québec, une ville dangereuse?

Quant à Québec, qui détient le deuxième taux de criminalité le plus faible des 15 villes – juste devant Montréal, au troisième rang – les Canadiens considèrent que la capitale québécoise est la cinquième ville la plus dangereuse du pays.

Les mystérieuses provinces de l’Atlantique

Les villes des provinces de l’Atlantique sont jugées sécuritaires par les Canadiens. Charlottetown, Moncton, St. John’s et Halifax sont toutes classées parmi les sept villes les plus sécuritaires.

Toutefois, les Maritimes ont obtenu davantage de réponses « ne sais pas » que les autres sections du pays, « en raison d’un plus faible niveau de sensibilisation aux enjeux des villes de l’Atlantique chez les autres Canadiens », atteste David Valentin, vice-président directeur de Mainstreet Research.

La capitale nationale, Ottawa, arrive au premier rang du classement. Elle est jugée sécuritaire par 74 % des personnes sondées.

« Généralement, les gens trouvent qu’Ottawa est sécuritaire parce qu’elle évoque la bureaucratie et l’apprentissage, en raison de ses deux universités », conclut Quitto Maggi.

Plus d'articles

Commentaires