Retour

Winston Blackmore, coupable de polygamie, assigné à résidence à Bountiful pour six mois  

Winston Blackmore sera assigné à résidence pendant 6 mois pour être marié en même temps à plus de 20 femmes. James Oler et lui ont été reconnus coupables de polygamie en juillet 2017. James Oler, qui a 5 femmes, est assigné à résidence pour 3 mois.

Winston Blackmore et James Oler reçoivent tous les deux la peine maximale recommandée par un procureur spécial, respectivement six mois et trois mois, mais cette peine sera purgée à domicile. Ils seront ensuite en période de probation pendant 12 mois.

Winston Blackmore retournera donc à Bountiful avec les 24 femmes qui lui reste et ses 149 enfants. James Oler, qui a cinq femmes, retournera en Alberta où il travaille.

Les deux hommes ont dirigé des sectes cautionnant les mariages multiples dans la petite communauté dissidente mormone de Bountiful, en Colombie-Britannique.

L’avocat de Winston Blackmore, Blair Suffredine, a fait valoir que les accusations de polygamie allaient à l’encontre de la liberté de religion de son client. Ses arguments ont été rejetés par la juge Sheri Ann Donegan, qui a soutenu que Winston Blackmore et James Oler savaient que les mariages multiples étaient illégaux au Canada.

La défense et la couronne satisfaites

L'avocat de monsieur Blackmore, Blair Suffredine, explique que son client semble content du résultat, parce qu'il s'agit d'une lumière au bout du tunnel. Selon lui, son client est puni, même s'il est assigné à résidence, parce qu'il ne pourra pas travailler.

Alisha Adams, des services de procureurs de la Colombie-Britannique, a expliqué que la couronne respecte la décision de la cour.

La juge Sheri Ann Donegan a noté que les deux hommes étaient respectés, travaillants et ne possèdent pas de dossier criminel, mais qu'ils sont aussi des polygames non repentants qui ont marié des filles, dans certains cas, de 15 ans.

La juge a indiqué que la cause en elle-même, qui dure depuis presque 30 ans, a déjà eu un effet dissuasif sur quiconque voudrait être polygame.

Pas d’effet dissuasif

La professeure de criminologie de l'Université de Moncton, Marie-Pierre Pelland, qui a étudié la communauté de Bountiful, ne croit pas que l'effet dissuasif y est.

Madame Pelland explique que les membres de Bountiful verront, dans la sentence, une chance d'éprouver leur foi par la souffrance.

Plus d'articles