Retour

10 questions-réponses sur la présidentielle américaine

Notre correspondant à Washington, Yanik Dumont Baron, a répondu mercredi, dans un direct sur Facebook, aux questions des internautes sur la campagne électorale aux États-Unis. Voici un résumé de leurs échanges.

1. Qui est sorti vainqueur [des primaires démocrates] entre Hillary Clinton et Bernie Sanders?

On peut dire que le président Obama a tranché hier soir. [...] Dans un communiqué, la Maison-Blanche a dit que Barack Obama avait félicité Mme Clinton pour sa victoire à l'investiture démocrate. Donc, on peut conclure maintenant qu'elle a gagné.

2. Est-ce que Bernie Sanders peut encore jouer les trouble-fête?

Peut-être. Cependant, si vous regardez la marge d'avance d'Hillary Clinton quant aux États, aux délégués liés (pledged) et au vote populaire exprimé, elle gagne partout. C'est une victoire nette, plus nette que celle de Barack Obama contre Hillary Clinton en 2008.

Maintenant, la question avec Bernie Sanders, c'est : que fera-t-il? Il parle d'aller jusqu'à la convention, à Philadelphie. Par contre, en lisant entre les lignes, dans son discours, on n'a pas l'impression qu'il veut renverser la faveur populaire [gagnée par] Hillary Clinton, mais surtout qu'il cherche à influencer le programme politique du parti. Donc, c'est peut-être un trouble-fête dans ce sens-là, mais ce n'est probablement pas quelqu'un qui va vouloir empêcher Mme Clinton d'être à l'investiture maintenant.

3. Peut-on craindre que l'électorat démocrate ne reste divisé après tout cela?

C'est une bonne crainte. Je vous dirais qu'elle est fondée en partie sur la ferveur des partisans de Bernie Sanders. [...] Le travail d'Hillary Clinton maintenant et aussi de Bernie Sanders, c'est d'essayer de rassembler tout le monde.


Vous avez peut-être entendu des gens parler des partisans de Sanders qui disent qu'ils n'appuieront jamais Mme Clinton, qu'ils ne voteront jamais pour elle parce qu'ils n'ont pas confiance en cette femme, qui est une politicienne de carrière. 

J'ai trouvé un sondage qui date d'il y a quelques semaines dans lequel on dit que les trois quarts des partisans de Bernie Sanders vont se ranger derrière Mme Clinton. [...] Donc, la majorité des votes de Bernie Sanders, selon ce sondage, devrait aller à Mme Clinton.

4. Si Hillary Clinton est accusée officiellement par le FBI pour ses serveurs de courriels, pourra-t-elle être présidente?

Je pense que ça prendrait une condamnation avant qu'elle soit disqualifiée. Par contre, c'est peut-être davantage une question d'impression. C'est le souhait des républicains, en tout cas, qu'elle soit accusée. Ce qu'on croit comprendre avec les fuites dans les médias américains, c'est qu'il risque fort peu d'y avoir des accusations criminelles contre Mme Clinton dans ce dossier-là.

5. Les Américains sont-ils prêt à élire une femme?

Je crois que oui. [...] Il y a des femmes leaders dans d'autres pays, pensez à l'Allemagne, par exemple. Probablement que les Américains sont prêts à le faire, avec, j'imagine, une certaine dose de résistance dans certains coins.

6. Quels sont les points forts et les points faibles de Clinton en tant que présidente?

Côté forces, c'est une femme qui travaille énormément, qui est tenace. Elle est en politique depuis des années. [...] Elle connaît bien ses dossiers. Elle est bien branchée dans le monde démocrate aussi, et un peu partout sur la planète.

Par contre, n'oubliez pas ses défauts. Les fameux courriels et le fait qu'il y ait énormément d'Américains qui ne lui font pas confiance. Donc, autant il y a des gens qui ne voteront jamais pour Trump, autant il y a des gens qui ne voteront jamais pour Hillary à cause de ce qu'elle représente, à cause de ce qu'elle a dit dans le passé. Et, bien sûr, c'est sur ça que Donald Trump va tabler dans les prochaines semaines et dans les prochains mois.

Revoyez les réponses de notre correspondant :

7. Clinton a-t-elle vraiment des chances de l'emporter?

Elle a des chances de l'emporter. Donald Trump aussi. C'est peut-être plus difficile d'un côté mathématique pour Donald Trump. [...] On a l'impression qu'il y a peut-être 10 ou 11 États qui sont en jeu. Et ces États en jeu, les grands experts ont l'impression que ça favorise les démocrates. Par contre, vous savez maintenant qu'avec Donald Trump on ne peut rien prédire. Donc, attendez-vous, encore une fois, à énormément de choses rocambolesques.

8. Quelles étapes reste-t-il avant de proclamer Mme Clinton vainqueur à la présidence des États-Unis?

Les candidats se reposent [au lendemain des primaires]. Il reste une primaire la semaine prochaine chez les démocrates. Il y a les conventions en juillet. C'est là qu'on va voter, entériner officiellement le choix [du candidat à la présidence] autant chez les démocrates que chez les républicains. Et par la suite, la saison électorale est lancée et bat son plein jusqu'au vote, le 8 novembre.

J'en profite pour vous souligner qu'il faut oublier tous les sondages que vous voyez pour l'instant. C'est surtout ceux de cet automne qu'il faudra remarquer. C'est à ce moment-là que les sondages reflètent le mieux l'opinion des Américains.

9. Comment le discours de Donald Trump réussira-t-il à réunir une majorité de la population [...] notamment en ce qui a trait à la question des musulmans?

On peut penser que M. Trump a surtout l'idée d'aller chercher les hommes blancs. Lorsqu'il parle de redorer le blason de l'Amérique, il y a une espèce d'appel à la nostalgie. Donc, peut-être que ce sont surtout ces gens-là qu'il veut aller chercher.

Il y a aussi, bien sûr, des républicains qui se rangent derrière les républicains, peu importe qui est là.

Ces jours-ci, il y a des élus républicains qui prennent leurs distances et disent : « Je ne vais pas voter pour Trump. » Parce que ces élus sont en réélection cet automne et sont aussi en danger. Donc, ils craignent que Trump ne nuise à leurs chances, notamment en Illinois. C'est une espèce de danse délicate que mènent les républicains en ce moment.

10. Pensez-vous qu'on aura un vote serré comme en 2008 aux élections de 2016?

Si vous regardez les simulations faites par des gens qui utilisent des modèles informatiques, avec des sondages à l'intérieur, parfois on a l'impression que l'écart entre les deux sera énorme. Donc, au contraire de 2008 ou de 2000, on aurait une décision absolument marquée en faveur d'Hillary Clinton. Mais ça, ça reste à voir, bien sûr. Avec le genre de débat qu'on a eu jusqu'à présent, on ne peut pas faire beaucoup de prédictions.

Plus d'articles

Commentaires