Retour

11 Septembre : Obama opposera son veto à la loi sur les poursuites contre l'Arabie saoudite

Le président américain Barack Obama n'a pas l'intention de laisser passer la loi adoptée vendredi par le Congrès américain autorisant les familles des victimes des attentats du 11 Septembre à réclamer en justice des dommages et intérêts à l'Arabie saoudite. Il opposera son veto, confirme la Maison-Blanche.

L'exécutif américain craint que la loi controversée expose les États-Unis à des poursuites judiciaires, comme elle va à l'encontre du principe d'immunité qui protège les États des poursuites.

« Notre inquiétude ne se limite pas à l'impact que cela pourrait avoir sur notre relation avec un seul pays, mais avec tous les pays du monde », a affirmé le porte-parole Josh Earnest, précisant que le texte n'avait pas encore été transmis au président.

Les opposants estiment pour leur part qu'elle risque de placer dans une position délicate les militaires et diplomates américains en poste à l'étranger, en plus de nuire aux relations avec Riyad, partenaire stratégique des États-Unis au Moyen-Orient.

Les monarchies pétrolières du Golfe ont d'ailleurs mis en garde Washington lundi, évoquant un « grave précédent » si la loi était adoptée.

Le texte pourrait cependant passer si les deux tiers des élus du Congrès contestaient le veto présidentiel. Interrogé sur ce point, Josh Earnest a souligné que M. Obama espérait toujours convaincre une partie des élus du bien-fondé de sa position, laissant entendre que certains d'entre eux avaient voté la loi par pur électoralisme.

Quinze des 19 auteurs des attentats du 11 Septembre à New York et Washington étaient Saoudiens. L'attaque a été commanditée par Al-Qaïda, mais aucune enquête américaine n'a jusqu'à présent conclu à un soutien des autorités saoudiennes.

Le 11 septembre 2001, 15 ans plus tard

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine