Retour

13 morts et 100 blessés dans une attaque au véhicule-bélier à Barcelone

Treize personnes ont été tuées et au moins 100 autres blessées après qu'une camionnette eut foncé jeudi dans une foule sur l'avenue de La Rambla, la plus touristique de Barcelone. Les autorités, qui n'écartent pas un bilan plus lourd, affirment avoir arrêté deux suspects. En soirée, la police catalane a annoncé avoir abattu plusieurs assaillants à Cambrils.

Deux suspects, un Espagnol et un Marocain, ont été arrêtés, mais que le conducteur de la camionnette demeure en fuite, selon les autorités.

La police catalane a par ailleurs indiqué avoir abattu un homme qui se trouvait à bord d'une voiture qui a heurté deux policiers près d'un barrage routier à Barcelone. On ne sait pas encore si cet incident est lié à l'attaque sur La Rambla.

Les enquêteurs établissent en revanche un lien entre cette attaque au véhicule-bélier et l'explosion d'un logement, qui a fait un mort la veille.

Le groupe armé État islamique, par la voie de son organe de propagande Amaq, a revendiqué l’attaque de Barcelone, ajoutant que « l'opération a été menée en réponse aux appels à cibler les États de la coalition » internationale en Syrie et en Irak.

Le président du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, a dénoncé ce « terrorisme djihadiste [...], principale priorité des sociétés libres et ouvertes comme la nôtre ». « C'est une menace mondiale et la réponse doit être mondiale », a-t-il déclaré. Le conseiller à l'Intérieur pour la région de la Catalogne Joaquim Forn a annoncé que trois jours de deuil avaient été décrétés pour honorer les victimes.

La protection civile a indiqué que les victimes étaient d'au moins 18 nationalités différentes. Affaires mondiales Canada a indiqué qu'il n'avait pas d'information au sujet de Canadiens morts ou blessés.

Opération policière au sud de Barcelone

La police catalane a annoncé dans la nuit de vendredi avoir abattu cinq « terroristes présumés » à Cambrils, à 120 km au sud-ouest de Barcelone. Six civils et un policier ont été blessés dans l'opération.

Les policiers avait d'abord annoncé avoir abattu quatre suspects, mais le cinquième est mort plus tard de ses blessures.

Les terroristes présumés, qui roulaient en voiture, vers 2 h, heure locale, auraient renversé plusieurs personnes avant de se retrouver devant une patrouille de police et une fusillade a éclaté, a raconté un porte-parole du gouvernement. Certains portaient des ceintures d'explosifs.

Les policiers mènent dorénavant leur enquête en posant l'hypothèse que les suspects de Cambrils étaient liés à l'attentat de Barcelone et à l'explosion qui a secoué la ville d'Alcanar, aussi en Catalogne, et tué une personne.

« Tout à coup, le chaos »

« Ma famille et moi étions en train de déjeuner et une camionnette à 20 mètres a démarré en trombe », a raconté à la chaîne CNews un témoin français, encore sous le choc, de l'attentat de Barcelone.

« On a entendu des gens hurler, et la camionnette s'est arrêtée 150 mètres après nous avoir dépassés. [...] Les policiers ont fait baisser les rideaux de fer des commerces pour confiner les gens à l'intérieur. C'est la panique totale. »

Un témoin a déclaré à la chaîne de télévision Sky News que « tout à coup, cela a été le chaos ». « Les gens ont commencé à courir en criant, il y avait des détonations fortes. Les gens ont commencé à courir vers les magasins », a-t-il raconté.

Il a ajouté avoir trouvé refuge avec plusieurs dizaines de personnes dans une église voisine.

« J'ai entendu des cris et une sorte de choc et j'ai juste vu la foule qui s'écartait et cette fourgonnette qui descendait à toute vitesse au milieu des Ramblas et j'ai tout de suite compris qu'il s'agissait d'une attaque terroriste ou d'un truc de ce genre », a relaté un autre témoin, Tom Gueller, à la BBC.

La zone a été bouclée par un cordon de sécurité, où se trouvaient de nombreux policiers et des ambulances. Un hélicoptère a également survolé la scène. Selon les images, des dizaines de personnes se trouvaient au sol, dont certaines étaient immobiles.

Les services d'urgence ont recommandé d'éviter les alentours de la place de Catalogne et ont ordonné la fermeture des stations de métro et de train dans le secteur. Les autorités demandent aussi d'éviter de diffuser des images des lieux sur les réseaux sociaux.

Ada Colau, la mairesse de Barcelone, a annoncé qu'une minute de silence serait observée sur la place principale de la ville vendredi, à midi, « pour montrer que nous n'avons pas peur et que nous sommes plus unis que jamais », a-t-elle dit.

L'attentat récent le plus meurtrier en Espagne remonte à mars 2004. Des bombes placées dans des trains de banlieue à Madrid avaient fait 191 morts et plus de 1800 blessés.

Plus d'articles

Commentaires