Retour

15 ans après, les protagonistes de la guerre en Afghanistan

L'automne 2001 marque le début de l'intervention occidentale en Afghanistan, riposte immédiate aux attentats du 11 septembre. Le président américain, George W. Bush, décidait alors de s'en prendre au régime taliban, accusé d'abriter Al-Qaïda et Oussama ben Laden. Quel rôle ont joué les principaux protagonistes du conflit afghan?

Un texte de Ximena Sampson

Oussama ben Laden, l'ennemi public numéro 1

Fondateur d'Al-Qaïda, dont il a été le chef de 1988 jusqu'à sa mort, il est considéré comme le principal responsable des attentats contre les tours jumelles. D'abord allié des Américains, il se retourne ensuite contre eux, leur déclare la guerre sainte et planifie plusieurs attentats, dont ceux contre les ambassades des États-Unis au Kenya et en Tanzanie, en 1998. Sa motivation : se venger de « l'oppression » subie par les musulmans un peu partout dans le monde et de l'appui des États-Unis à Israël, entre autres.

Déchu de sa nationalité saoudienne, il trouve refuge en Afghanistan et s'y terre après l'invasion occidentale. Traqué par la coalition, il réussit à la déjouer pendant de nombreuses années, se cachant dans les zones tribales à la frontière de l'Afghanistan et du Pakistan.

Un commando spécial américain l'a retrouvé et l'a tué, en mai 2011, à Abbottabad, au nord-ouest du Pakistan.

Les talibans, les adversaires

Arrivés au pouvoir en Afghanistan en 1996, après plusieurs années de combat, ils y ont instauré une dictature fondamentaliste islamiste. En accord avec leur interprétation de la charia, la musique et la télévision ont été interdites, les femmes ont été obligées de se cacher sous une burqa et les hommes, de se laisser pousser de longues barbes.

Au lendemain des attentats du 11 Septembre, les Américains ont exigé que Kaboul leur remette Oussama ben Laden. Le refus du chef des talibans, le mollah Omar, a provoqué la riposte militaire occidentale qui a finalement chassé les talibans du pouvoir.

Depuis quelques années, ils reprennent cependant du terrain, surtout dans l'est et dans plusieurs districts du sud et du nord du pays. Ils multiplient également les attentats; le nombre de victimes civiles a atteint un nouveau record depuis 2009, avec 5166 civils morts ou blessés au cours des six premiers mois de 2016.

Hamid Karzaï, le président

Ce chef pashtoune a été nommé président par intérim après la chute des talibans, en 2002, puis il est devenu le premier président élu de l'Afghanistan, en 2004. Pendant 13 ans, cet homme élégant a incarné le nouveau visage de son pays, contrastant avec l'obscurantisme des islamistes.

Mais ses relations avec Washington se sont détériorées au fil des ans, Karzaï n'hésitant pas à critiquer les Américains pour les morts de civils afghans tués lors d'opérations militaires. Il a également refusé de signer un traité bilatéral de sécurité pour permettre aux troupes américaines de rester en Afghanistan après 2014. Le traité a été signé par son successeur, Ashraf Ghani, peu après son arrivée au pouvoir, en septembre 2014.

George W. Bush, le vengeur

Le président des États-Unis a vu son premier mandat défini par les attentats du 11 Septembre. Pour anéantir les talibans, accusés d'abriter et d'aider le commanditaire des attaques, Oussama ben Laden, George W. Bush a annoncé en octobre 2001 une offensive contre l'Afghanistan.

Le 7 octobre, les États-Unis ont commencé des bombardements contre les installations militaires des talibans et les camps d'entraînement d'Al-Qaïda en Afghanistan, qui ont permis, à terme, de chasser les talibans du pouvoir.

Dès le printemps 2003, le gouvernement américain annonçait la fin des combats majeurs. Cependant, les offensives des talibans ont forcé Washington à augmenter le nombre de soldats déployés, jusqu'à un maximum de près de 100 000 en 2011.

Les 9800 soldats américains encore présents en Afghanistan ont pour mission de former les troupes afghanes et de poursuivre les efforts antiterroristes.

Jean Chrétien, l'allié

Le premier ministre du Canada a rapidement donné son appui à la coalition internationale combattant les talibans en Afghanistan.

Au plus fort des combats, jusqu'à 2000 soldats canadiens ont été déployés en Afghanistan; 158 y ont perdu la vie. Les derniers sont revenus au pays en mars 2014.
D'autres pays alliés des États-Unis, comme le Royaume-Uni et la France, ont contribué, eux aussi, à l'effort de guerre, puis à l'effort de reconstruction.

Plus d'articles