Retour

22 soldats tués dans une attaque djihadiste au Niger

L'attaque perpétrée jeudi au Niger contre un camp de réfugiés près de la frontière avec le Mali a causé la mort de 22 soldats.

Attribuée à des djihadistes, l'attaque a été menée par « 34 hommes lourdement armés parlant le touareg », a précisé un responsable des services de sécurité nigériens.

Seuls trois des soldats affectés à la sécurité du camp ont réussi à fuir, souligne le Haut-commissariat aux réfugiés (HCR).

Les assaillants ont pillé le matériel médical. Ils sont repartis en emportant des vivres, des vêtements, des armes et des véhicules civils et militaires.

Le porte-parole du ministère nigérien de la Défense, le colonel Moustapha Ledru parle d'une « bande de criminels non identifiés » en provenance du Mali.

Selon des sources maliennes, les auteurs de l'attaque sont des membres du « groupe djihadiste malien Ansar Dine et d'Aqmi (Al-Qaïda au Maghreb islamique) ».

Le Niger a déjà été frappé par le passé par des attaques. En septembre, deux civils avaient été tués et plusieurs autres blessés dans une attaque contre un camp onusien de réfugiés maliens de Tabareybarey, proche du Mali.

En octobre 2014, un autre camp de réfugiés onusien abritant 6000 Maliens à Mangaize, également proche du Mali, avait été attaqué par des hommes lourdement armés, qui avaient tué neuf soldats.

Selon des chiffres du HCR, le Niger accueille actuellement 60 000 réfugiés maliens. Il abrite aussi plus de 80 000 réfugiés nigérians dont une grande partie a fui les violences du groupe islamiste nigérian Boko Haram.

Malgré des frontières considérées comme poreuses, le Niger constitue un îlot de stabilité relative dans une zone en proie aux troubles. Autour de ce pays, le Mali, la Libye et le Nigeria sont tous confrontés à des groupes armés djihadistes.

Le nord du Mali est tombé au printemps 2012 sous la coupe de groupes djihadistes liés à Al-Qaïda. Ces groupes en ont été en grande partie chassés à la suite du lancement en 2013, à l'initiative de la France, d'une intervention militaire internationale, qui se poursuit actuellement.

Le Niger est également dans la ligne de mire des djihadistes nigérians de Boko Haram. L'attaque la plus meurtrière du groupe islamiste ces derniers mois s'est déroulée à Bosso, une ville au sud-est du Niger.

En juin dernier, des islamistes ont attaqué un poste militaire et tué 26 soldats. Ils ont alors tenté de s'implanter dans cette ville frontalière stratégique dans la région du Sahel, avant d'être repoussés par l'armée.

Plus d'articles

Vidéo du jour


L’amour selon le zodiaque