Retour

28 civils tués lors de raids dans le nord-ouest de la Syrie

Au moins 28 civils, dont quatre enfants, ont été tués durant des frappes aériennes dans la nuit de vendredi à samedi, dans la province syrienne d'Idlib, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH).

Les bombardements ont détruit des bâtiments de plusieurs étages dans le village d'Armanaz, situé près de la frontière turque, dans une zone de désescalade.

À la suite d'une première salve meurtrière, de nombreux civils ont pris la fuite dans le va-et-vient des ambulances, a rapporté un journaliste de l'AFP sur place.

L’OSDH, un organisme non gouvernemental installé à Londres, était toutefois incapable de préciser si les raids ont été menés par le régime de Bachar Al-Assad ou par son allié, la Russie.

Les aviations russes et syriennes effectuent des raids dans cette région à la suite d’une attaque djihadiste à Hama la semaine dernière. Ailleurs dans la province frontalière, 13 autres personnes ont péri vendredi dans des frappes, rapporte l’OSDH.

Idlib compte parmi les quatre zones de désescalade annoncées en mai par les alliés internationaux du régime et des rebelles. La création de ces zones de désescalade doit mener à un cessez-le-feu durable en Syrie, où la guerre a fait plus de 330 000 morts et des millions de déplacés depuis 2011.

Pour le moment, elles permettent au régime de Bachar Al-Assad de concentrer ses opérations visant à combattre le groupe armé État islamique.

Plus d'articles

Commentaires