Retour

36 morts dans un triple attentat-suicide à l'aéroport d'Istanbul

Trente-six personnes ont été tuées mardi soir et 147 blessées dans les trois attentats-suicides survenus à l'aéroport international Atatürk, selon le plus récent bilan.

Le premier ministre turc, Binali Yildirim, a indiqué que les premiers indices disponibles pointent vers une responsabilité du groupe armé État islamique, bien que l'EI n'ait pas revendiqué l'attaque.

Les trois kamikazes se sont rendus à l'aéroport en taxi et ont ouvert le feu avant de se faire exploser au point de passage des contrôles de sécurité de l'aéroport. Les policiers en faction à l'entrée de l'aéroport ont tiré sur les assaillants pour tenter de les arrêter, mais ceux-ci ont riposté en actionnant leurs charges explosives, selon les autorités.

M. Yildirim a prévenu que des ressortissants étrangers comptent parmi les victimes.

Deux touristes sud-africains, Paul et Susie Roos, étaient à l'aéroport, entre deux vols pour rentrer chez eux. « Nous nous rendions dans l'aire des départs. Nous étions dans les escaliers mécaniques lorsque nous avons entendu des coups de feu. Il y avait un homme habillé en noir qui circulait avec une arme à feu », a expliqué Paul Roos.

Le trafic aérien a repris à l'aéroport.

L'aéroport Atatürk d'Istanbul a supplanté celui de Francfort l'année dernière en matière de fréquentation. Il occupe maintenant la 3e position en Europe, après Heathrow, à Londres, et Roissy-Charles de Gaulle, à Paris. Plus de 61 millions de passagers sont passés par cet aéroport en 2015.

Le président turc, Recep Tayyip Erdogan, a vivement condamné les attentats, exhortant ses partenaires à une « lutte commune » internationale contre le terrorisme, dans un communiqué publié après l'attentat.

Le premier ministre du Canada, Justin Trudeau, a fermement condamné les attentats, ajoutant que les « prières et les pensées des Canadiens vont aux victimes ». Il a aussi affirmé que le Canada était « aux côtés de ses alliés dans la lutte contre le terrorisme ». 

Les États-Unis ont condamné les attaques en assurant la Turquie de leur soutien. « L'aéroport international Atatürk, comme l'aéroport de Bruxelles qui a été attaqué plus tôt cette année, est le symbole des connexions internationales et des liens qui nous unissent », a affirmé le porte-parole de la Maison-Blanche, Josh Earnest. « Nous restons loyaux dans notre soutien à la Turquie, notre allié et notre partenaire dans l'OTAN, comme avec tous nos amis et alliés dans le monde, alors que nous continuons à affronter la menace du terrorisme. »

Istanbul a été le théâtre d'une série d'attentats depuis le début de 2016.

Depuis l'an dernier, les attentats en Turquie ont causé près de 200 morts et ont pris comme cibles des lieux touristiques emblématiques ou les forces de sécurité turques. Cela a entraîné une chute immédiate de l'afflux de touristes.

La plupart des attentats ont été attribués au groupe armé État islamique, bien que les militants djihadistes n'en ont revendiqué aucun. Les rebelles kurdes, notamment les TAK, issus du Parti des travailleurs du Kurdistan, ont également été désignés comme responsables.

Plus d'articles

Commentaires