Retour

83 pays touchés par un rappel de lait pour bébés contaminé

En réponse à l'affaire de lait en poudre pour bébés contaminé à la salmonelle en France, le président du groupe français Lactalis, Emmanuel Besnier, a annoncé le rappel complet de tous les lots de lait infantile produits par l'usine ciblée de Craon, élargissant encore les rappels lancés depuis début décembre qui s'étaient révélés incomplets.

Dans un très rare entretien à la presse, le PDG âgé de 47 ans a aussi promis d’indemniser toutes les familles touchées.

« Notre métier, c'est de mettre des produits sains sur le marché. Si cela n'a pas été le cas, c'est notre responsabilité », reconnaît Emmanuel Besnier. « Il n'y a pas eu de manquements de notre part sur les procédures », a-t-il toutefois ajouté.

Selon un récent bilan, 37 bébés français ont contracté la salmonellose, dont 18 ont été hospitalisés. Ils vont tous bien, selon l’agence Santé publique France.

On dénombre également un cas en Espagne et un autre en Grèce.

Emmanuel Besnier dit avoir lui-même proposé le rappel au gouvernement après sa rencontre de vendredi avec le ministre de l’Économie, Bruno Lemaire, qui l’avait vertement critiqué pour son « entreprise défaillante ».

Cette mesure s’étendra à 83 pays.

« Il faut mesurer l'ampleur de cette opération : plus de 12 millions de boîtes sont concernées », souligne-t-il, assurant que les distributeurs n'auront plus à trier les produits en fonction de la date de fabrication. « Ils savent qu'il faut tout retirer des rayons. »

Lactalis s’était vu reprocher d’avoir manqué de transparence et d’avoir tardé à réagir après la détection de salmonelle dans son usine de Craon en août et novembre derniers. La contamination, qui n’a été révélée au public qu'au début décembre, ne touchait cependant que l’environnement du site et non les produits.

Enquête à venir

Questionné sur les centaines de plaintes de parents dans toute la France, où une enquête préliminaire a été ouverte, M. Besnier a promis la transparence.

« Il y a des plaintes, il y aura une enquête, nous collaborerons avec la justice en donnant tous les éléments qu'on nous demandera. Nous n'avons jamais pensé agir autrement », a-t-il dit.

Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Grivaux, a d’ailleurs promis que l’enquête « n’épargnera personne », y compris l’État qui « prendra sa part de responsabilité », notamment en raison de la présence de boîtes de lait pour bébés potentiellement contaminées dans des hôpitaux.

Lactalis est l’un des géants mondiaux de la production de lait. Il compte 246 sites de production dans 47 pays et 75 000 collaborateurs.

Plus d'articles