Retour

À l'approche des Caraïbes, l'ouragan Maria prend de la puissance

L'ouragan Maria, qui menace à son tour les îles des Caraïbes, est devenu un « ouragan majeur » de catégorie 3, a indiqué lundi le Centre américain des ouragans (NHC).

La force des vents s'est intensifiée rapidement, passant en moins de trois heures de 175 à 195 km/h. Maria se trouve maintenant à 95 km à l'est de la Martinique.Des avertissements d’ouragan ont été lancés pour la Guadeloupe, la Dominique, Saint-Kitts, Nevis, Montserrat et la Martinique. Un avertissement de tempête tropicale est en vigueur pour Antigua-et-Barbuda, Saba, Saint-Eustache et Sainte-Lucie.L’ouragan Maria s’approche de plusieurs îles qui ont été ravagées par le passage d’Irma, l’un des plus puissants ouragans jamais enregistrés en Atlantique, il y a un peu moins de deux semaines. Son chemin devrait prendre fin après avoir traversé Porto Rico, la République dominicaine et Haïti.

Affaires mondiales Canada a par ailleurs recommandé aux Canadiens d’éviter Anguilla, les îles Vierges britanniques, les îles Vierges des États-Unis, Saint-Martin et Saint-Barthélemy.

« Maria devrait se renforcir rapidement pour devenir un ouragan majeur dangereux avant d’atteindre les îles Sous-le-Vent » lundi soir, a indiqué le Centre américain des ouragans. Des ondes de tempêtes pouvant atteindre de 1,8 à 2,7 mètres pourraient être générées.Selon le NHC, Maria devrait gagner en intensité au cours des 48 prochaines heures, atteignant la puissance d’un ouragan de catégorie 4 en touchant terre en République dominicaine, jeudi matin.

À Porto Rico, les autorités ont commencé la construction de 450 abris, où près de 68 000 personnes pourront trouver refuge, a fait savoir le gouverneur Ricardo Rosselo. Ce chiffre pourra monter à 120 000 selon l’impact de Maria. Dans l’attente de l’ouragan, les écoles ont été fermées et les grues des chantiers, démontées.

Les autorités de la République dominicaine ont quant à elles lancé un avis recommandant aux citoyens de s’éloigner des zones côtières, plus propices aux inondations.

Plus d'articles

Commentaires