Retour

À Ottawa, des familles de réfugiés syriens inquiètes pour Alep

Des familles de réfugiés syriens arrivées à Ottawa il y a quelques mois se disent préoccupées par les violences que connaît le pays, et ce malgré un accord conclu samedi pour évacuer la ville d'Alep.

Un bon nombre de réfugiés se sont rencontrés lors du programme Café-communauté, une initiative lancée par le Conseil des écoles publiques de l'Est de l'Ontario (CEPEO) pour faciliter leur intégration.

Parmi eux, Imad Olaby, qui a passé quatre ans en Égypte avant de partir au Canada il y a moins de trois mois avec sa famille, a connu les bombardements en Syrie.

Il reste hanté par les bruits des bombes et ne peut s'empêcher de penser au drame humanitaire que vit encore son pays d’origine.

« C’est comme si on avait un cancer et le cancer ne va pas être guéri avec un comprimé d’aspirine », estime Imad Olaby.

Les rencontres hebdomadaires organisées depuis deux ans par le CEPEO favorisent les échanges entre nouveaux arrivants et permettent d’atténuer les traumatismes de la guerre.

« Les communautés nous disent à quel point cela correspond à leur besoin, ça facilite leur intégration, ça facilite la connaissance ou la reconnaissance d’autres familles qui vivent le même défi », pense la directrice de l’éducation au CEPEO, Édith Dumont.

Ce programme tente aussi de répondre à une autre problématique, celle de la reconnaissance des diplômes.

Bien qu’il soit désormais clôturé, le CEPEO a l'intention de poursuivre son rapprochement avec ces familles.

Avec les informations du journaliste Godefroy Macaire Chabi

Plus d'articles

Commentaires