Avis aux touristes intéressés : un espace naturiste restera ouvert jusqu'à la mi-octobre dans un parc de Paris. Les activités dans le plus simple appareil se multiplient et font de plus en plus d'adeptes dans la capitale française. La Ville lumière pourrait-elle devenir la Mecque du naturisme mondial?

Un texte de Gabrielle De Jasay

Dans le Bois de Vincennes, une jolie clairière triangulaire est naturellement protégée des regards par un épais rideau d’arbres et de sous-bois. Parasols, salades, sandwichs et boissons fraîches, tout est prêt pour le premier pique-nique de la saison.

Quelques 200 personnes sont au rendez-vous. Par petits groupes ou en solo; des hommes, pour la grande majorité. Réchauffés par un soleil exceptionnel, 28 degrés Celsius ce jour-là, certains sont absorbés dans leur lecture, d’autres discutent tranquillement. Tous sont dans le plus simple appareil.

« Ici, les gens arrivent en costume-cravate à l’heure du lunch, ils se déshabillent, mangent leur sandwich, se détendent au soleil une petite heure, puis se rhabillent et retournent travailler », explique Laurent Luft, président de l’Association des naturistes de Paris (ANP).

Sur les sentiers bordant la clairière, des panneaux préviennent les promeneurs et affichent une charte de bonne conduite : voyeurisme et exhibitionnisme interdits, pas de photos sans consentement, et prière de se rhabiller hors de la clairière.

Des membres de l’ANP sont sur place tous les jours pour expliquer, discuter et mettre à l’aise ceux qui voudraient ici se dévêtir en public pour la première fois.

De tabou à tourisme

La mairie de Paris autorise à être nu dans cet espace ouvert à tous et grand comme un terrain de soccer, sans être interpellé pour exhibition sexuelle. Les naturistes peuvent y flâner sans risquer d’être punis d’un an d’emprisonnement et d’une amende de 23 000 $.

L’ANP a travaillé à sa création avec la municipalité en s’inspirant d’espaces naturistes qui existent depuis longtemps dans d’autres grandes villes européennes, notamment en Allemagne.

Après six semaines d’expérimentation réussie l’an dernier, l’espace naturiste parisien ouvre cette fois pour six mois, jusqu’à la mi-octobre.

Traditionnellement derrière Berlin, Munich, Vienne ou Barcelone, Paris pourrait bien devenir la capitale mondiale du naturisme. C’est du moins ce dont rêvent certains naturistes parisiens qui comptent marquer un grand coup en accueillant le Grand Gala international de natation naturiste cet automne.

La pratique fait de plus en plus d’adeptes français, leur nombre déclaré est passé de 400 000 à 2,5 millions au cours des quatre dernières années. Avec plus de 450 structures d’accueil, campings et nombreuses plages dédiés, la France accueille aussi plus de 2 millions de naturistes étrangers chaque année.

« La France est la première destination naturiste du monde et Paris est la ville la plus visitée. Il était logique d’offrir un espace pour les touristes dans la capitale », dit Julien Claudé-Pénégry, de l’ANP. Dans la capitale française, il est aujourd’hui possible de nager à la piscine Le Gall, faire de la gym, du yoga, du bowling, de dîner au restaurant O’Naturel qui a ouvert en novembre dernier, et même d’aller au spectacle et au musée tout nu.

Ainsi, la visite naturiste de l’exposition d’art contemporain « Discorde, fille de la Nuit », au centre de création contemporaine du Palais de Tokyo, le 5 mai prochain, a suscité un réel engouement : 30 000 personnes du monde entier sont sur liste d’attente pour cette exposition qui ne compte que 160 places. Parmi les participants, il y a beaucoup de jeunes femmes, ce qui réjouit les organisateurs.

Attirer une nouvelle génération d’adeptes

Longtemps restée confidentiel, le naturisme est désormais décomplexé. À l’ANP, le mot d’ordre n’est plus la discrétion, mais la communication, notamment à travers les réseaux sociaux. L’idée est de banaliser la pratique en multipliant les événements et activités naturistes.

« Depuis trois ans, il y a vraiment un renouvellement avec des moins de trente ans qui s’impliquent de plus en plus et qui assurent le futur du mouvement », dit Laurent Charreau de l’ANP.

Soucieuse d’encourager la parité, l’ANP a d’ailleurs décidé de diversifier ses événements, tels que les tournois de pétanque ou de water-polo pour attirer plus de femmes et de familles.

Une manière aussi de banaliser le naturisme auprès du grand public tout en dépoussiérant le cliché du soixante-huitard baba-cool dépravé.

Plus d'articles