Retour

Abdeslam reste silencieux devant le juge d'instruction

Salah Abdeslam, le seul rescapé présumé du commando djihadiste qui a fait 130 morts à Paris et Saint-Denis le 13 novembre, a refusé de répondre aux questions du juge d'instruction lors de son audition à Paris.

Il est arrivé vendredi matin au palais de justice de Paris, où il devait être interrogé pour la première fois. Le transport de l'homme de 26 ans a été accompli sous de très hautes mesures de sécurité.

L'homme qui a été arrêté le 18 mars en Belgique a pour cela été extrait de la prison de Fleury-Mérogis dans le département d'Essonne, où il est à l'isolement, sous surveillance vidéo, depuis le 27 avril. 

L'avocat du suspect, Frank Berton, a soutenu que son client avait des choses à dire, notamment sur les étapes de sa radicalisation et son rôle dans les attentats du 13 novembre qui ont fait 130 morts à Paris. Son avocat affirme cependant qu'il n'entend prendre aucune responsabilité pour les crimes commis par d'autres personnes.

Après l'audition, son avocat, Frank Berton, a déclaré qu'il n'a pas « souhaité s'exprimer aujourd'hui », mais il a indiqué « qu'il le ferait plus tard ».

Considéré au minimum comme le logisticien des attaques revendiquées par l'organisation du groupe armé l'État islamique, il avait refusé de s'expliquer après son transfèrement de Belgique en France, mais avait promis de le faire ultérieurement.

Les autorités espèrent que les réponses que le suspect devrait fournir éventuellement les aideront à jeter un meilleur éclairage sur les stratégies et projets du groupe État islamique en Europe.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine