Retour

Accusé d'agressions sexuelles, Tariq Ramadan en congé de l'Université d'Oxford

Le professeur et auteur Tariq Ramadan, accusé de plusieurs agressions sexuelles, a pris congé d'Oxford, où il est professeur d'études islamiques contemporaines, a annoncé la prestigieuse université britannique.

« D'un commun accord et avec effet immédiat, Tariq Ramadan, professeur d'études islamiques contemporaines, a pris un congé de l'Université d'Oxford. Ce congé n'implique aucune présomption ou acceptation de culpabilité, et permet au professeur Ramadan de répondre aux accusations extrêmement graves portées contre lui, qu'il nie catégoriquement, tout en répondant à notre principale préoccupation – répondre à la détresse accrue et compréhensible, et mettre en priorité le bien-être de nos étudiantes et étudiants, ainsi que du personnel », a indiqué l'Université par voie de communiqué.

Islamologue et théologien suisse, Tariq Ramadan est accusé de viol en France et d'abus sexuels sur des mineures dans son pays.

Samedi, la Tribune de Genève a publié une enquête où quatre anciennes élèves de Tariq Ramadan, lorsqu'il enseignait le français et la philosophie à Genève entre 1984 et 2004, disent avoir eu des relations sexuelles avec lui. L'une était mineure au moment des faits allégués.

Sur son compte Twitter, Tariq Ramadan a démenti « catégoriquement » ces allégations et annoncé le dépôt d'une plainte contre X pour diffamation. Il a également démenti les allégations de viol.

La semaine dernière, le quotidien Le Monde, à Paris, s'étonnait du quasi-silence de la Grande-Bretagne autour des accusations qui planent sur Tariq Ramadan. Alors qu'elles faisaient scandale dans une grande partie de l'Europe, elles n'étaient que mentionnées brièvement dans la presse britannique et n'avaient fait l'objet que d'un laconique communiqué de la part de l'Université d'Oxford.

L'Université d'Oxford dit avoir « toujours reconnu la gravité des allégations contre le professeur Ramadan, tout en soulignant l'importance de l'impartialité et des principes de justice et de procédure habituelle ».

Lundi, le quotidien Libération rapportait que les étudiants du département où il enseigne ont demandé une réunion après avoir appris dans les médias les plaintes contre leur professeur.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine