Retour

Accusé de corruption, le président guatémaltèque perd son immunité

Le président du Guatemala a perdu mardi son immunité et il lui est désormais interdit de quitter le pays.

Soupçonné de corruption, Otto Pérez Molina a connu ce mardi sa pire journée depuis le début du mouvement de colère causé par le scandale sur un réseau de corruption mis au jour au sein du service des douanes.

Le parquet et une commission de l'ONU l'accusent, entre autres, d'avoir participé à un réseau criminel qui exigeait des pots-de-vin de la part d'entreprises en échange d'exonérations fiscales.

L'ancien général nie toute responsabilité dans cette affaire qui ébranle le Guatemala depuis plusieurs mois. Le président Molina pourrait également faire prochainement l'objet d'un mandat d'arrêt, selon des sources au bureau du procureur général.

Lundi, il refusait toujours de démissionner malgré la multiplication des appels à sa destitution.

Le chef de l'État de 64 ans a décidé de ne pas briguer un second mandat à l'élection présidentielle de dimanche prochain et dont le favori est le candidat du principal parti d'opposition, Liberté démocratique rénovée (droite), Manuel Baldizón.

Plus d'articles

Commentaires