Retour

Accusé de gestes déplacés, le sénateur américain Al Franken démissionne

Le sénateur démocrate Al Franken a annoncé jeudi dans un discours qu'il quittera ses fonctions au Sénat des États-Unis à la suite d'une série d'allégations voulant qu'il aurait eu des comportements inacceptables et déplacés envers au moins sept femmes.

Accusé par plusieurs femmes d’avoir posé des gestes déplacés à leur endroit, Al Franken, 66 ans, faisait l’objet de pressions de plus en plus importantes au sein de la Chambre haute américaine pour quitter ses fonctions.

Dans un discours prononcé jeudi devant ses collègues, le sénateur du Minnesota a déclaré : « Je sais, au fond de mon coeur, que je n'ai rien fait pour déshonorer cette institution. Toutefois, j'annonce aujourd'hui que, dans les prochaines semaines, je démissionnerai du Sénat. »

Mercredi, après trois semaines de tension médiatique pour Al Franken, 32 des 48 sénateurs démocrates du Sénat l’ont appelé à démissionner à la faveur d’un mouvement lancé par un groupe de sénatrices.

Ancien comédien et écrivain, Al Franken est le second membre du Congrès à abandonner son mandat en deux jours, après le représentant démocrate John Conyers, accusé de harcèlement sexuel répété à l’endroit de ses collaboratrices.

En ce qui a trait à Al Franken, au moins sept femmes ont rapporté avoir été touchées de façon déplacée par le sénateur, avant et après son élection en 2009.

La première à révéler des gestes déplacés commis par Al Franken est l’animatrice de radio Leeann Tweeden qui a révélé à la mi-novembre que l’ancien comédien l’avait embrassée de force lors d’une répétition et avait pris une photo d’elle où il semble poser ses mains sur sa poitrine pendant qu’elle dormait dans un avion.

M. Franken s’était publiquement excusé auprès de Mme Tweeden pour la photo, expliquant qu’il n’aurait pas dû agir de la sorte.

Dans les jours qui ont suivi, d’autres femmes se sont manifestées pour dénoncer des actes déplacés à leur égard de la part du sénateur Franken. Sept femmes en tout ont depuis révélé publiquement avoir été la cible des écarts de comportement de M. Franken.

Le sénateur a nié ces nouvelles allégations, les qualifiant de « ridicules » et de « catégoriquement fausses ».

L’ancien humoriste a déjà présenté ses excuses plus d’une fois pour son comportement passé, mais il avait refusé jusque-là de démissionner.

Plus d'articles

Commentaires