Retour

Accusé de harcèlement, le sénateur démocrate Al Franken est poussé vers la sortie

Accusé de comportements déplacés envers des femmes, le sénateur démocrate américain Al Franken est lâché par ses collègues qui lui montrent la porte.

Al Franken fera une annonce jeudi, selon son entourage. « Il prendra la bonne décision et démissionnera », a déclaré son ami Keith Ellison, élu du Minnesota à la Chambre des représentants.

Au moins 29 des 48 sénateurs démocrates l’ont invité à abandonner son mandat en fin de journée.

Sept femmes ont rapporté avoir été touchées de façon déplacée par le sénateur Al Franken, avant et après son élection en 2009.

« Le sénateur Franken est un ami cher et je respecte ce qu'il a accompli, mais il a une obligation plus importante à l'égard de ses électeurs et du Sénat, et il devrait démissionner immédiatement », a affirmé Chuck Schumer.

Les déclarations de ce genre se sont multipliées mercredi.

Une 7e victime

Ces appels à la démission surviennent après qu'une septième femme se fut confiée à Politico pour accuser Al Franken d'avoir tenté de l'embrasser de force en 2006.

« C'est mon droit à titre d'animateur », aurait-il dit.

Le sénateur a nié ces allégations, les qualifiant de « ridicules » et de « catégoriquement fausses ».

M. Franken, un humoriste connu avant son élection, a déjà présenté ses excuses plus d’une fois pour son comportement passé, mais il avait refusé jusque-là de démissionner.

« La conversation actuelle n'est que le sommet de l'iceberg », a estimé Bernie Sanders dans le débat sur le harcèlement sexuel aux États-Unis.

Plus d'articles

Commentaires