Retour

Après Las Vegas, les élus envisagent l'interdiction des « dispositifs de mitraillage »

Le débat sur le contrôle des armes à feu aux États-Unis s'est déplacé jeudi vers les « dispositifs de mitraillage », des mécanismes d'automatisation des armes, dont le président républicain de la Chambre des représentants, Paul Ryan, a souhaité que les parlementaires étudient la réglementation.

« C'est vraiment une chose que nous devons examiner. Je ne savais même pas que cela existait avant cette semaine », a déclaré Ryan à propos de ces dispositifs qui permettent à une arme semi-automatique de tirer en rafale.

La question du contrôle des armes à feu, dont la détention est garantie par le deuxième amendement de la Constitution, est à nouveau posée après le massacre commis par un retraité de 64 ans, dimanche soir à Las Vegas.

Jusqu'ici silencieuse, la National Rifle Association (NRA), qui défend le droit des Américains à porter des armes, s'est dite favorable à un durcissement de la législation entourant les « dispositifs de mitraillage » (bump stock) et a demandé au Bureau fédéral des armes à feu de vérifier si ceux-ci étaient conformes à la législation.

La Maison-Blanche a de son côté dit saluer ces efforts et souhaiter contribuer à la discussion.

« Nous pourrions prendre n'importe quelle décision afin d'éviter que cela se reproduise », a dit la présidence.

Stephen Paddock a abattu 58 personnes en tirant depuis sa chambre dans un hôtel-casino de la ville, perpétrant la fusillade la plus meurtrière de l'histoire moderne des États-Unis.

Les parlementaires démocrates tentent de saisir cette occasion pour ouvrir un débat sur le contrôle de la vente des armes à feu dans le pays. Les républicains se montrent réticents, voire hostiles, connaissant l'attachement de leur électorat traditionnel à ce droit constitutionnel.

Les « dispositifs de mitraillage » sont vendus légalement dans les armureries américaines, et interpellent tant les amateurs d'armes que les défenseurs de contrôles renforcés.

À Gainesville, en Georgie, le Georgia Gun Store a reçu depuis dimanche plusieurs appels de clients sur ces mécanismes permettant de transformer des fusils semi-automatiques en armes pouvant tirer une centaine de balles par minute.

Certains amateurs d'armes à feu s'inquiètent en effet d'une possible interdiction de ces mécanismes.

« Tous ceux qui veulent en acheter sont probablement inquiets de leur interdiction », explique Kellie Weeks, la propriétaire du magasin, précisant que les stocks de plusieurs distributeurs étaient d'ores et déjà épuisés.

Limiter la polémique

Selon les autorités, Stephen Paddock détenait une douzaine d’armes ainsi modifiées dans la chambre d'hôtel d'où il a tiré sur la foule rassemblée pour un concert.

La sénatrice démocrate Dianne Feinstein a présenté mercredi au Sénat un projet de loi visant à interdire ces mécanismes et tous les éléments « modifiant facilement et à moindre coût des armes légales en [...] fusils-mitrailleurs ».

Plusieurs élus républicains, typiquement opposés à des restrictions sur les armes à feu, se sont dits ouverts à une telle idée, notamment le numéro deux des conservateurs au Sénat, le sénateur du Texas John Cornyn.

Afin sans doute de limiter la polémique, les magasins Walmart et la chaîne américaine d'équipements sportifs Cabela ont retiré mercredi ces mécanismes de leurs sites de vente en ligne, sans fournir d'explication.

Les armes automatiques sont interdites aux civils aux États-Unis depuis 1986.

En revanche, les fusils semi-automatiques, pour lesquels chaque pression sur la détente ne déclenche qu'un tir, sont en vente libre, avec vérifications selon les États.

Les mécanismes dits « de mitraillage » se montent précisément sur des armes semi-automatiques. Utilisant l'énergie de recul produite par le tir pour repousser la gâchette vers le doigt du tireur, ils permettent d'enchaîner beaucoup plus vite les tirs.

Les « dispositifs de mitraillage » sont commercialisés comme des systèmes permettant de simuler l'usage d'un fusil-mitrailleur. Des vidéos promotionnelles montrent des tireurs vider près de 100 cartouches en sept secondes.

Le mécanisme reste un gadget et se vend peu, rapportent toutefois plusieurs armuriers, notamment parce qu'il compromet la précision des tirs et utilise beaucoup de munitions.

« Il s'en vend un peu, mais c'est minime », dit C. J. Calesa, employé du Birmingham Pistol Wholesale, à Trustville, en Alabama. « On en vend une dizaine par an. »

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un tsunami de glace sème la panique!





Rabais de la semaine