Retour

Après les inondations à Houston, les réclamations - le récit de notre envoyé spécial

Après la peur et l'inquiétude, c'est maintenant la frustration et la confusion qui animent bon nombre de sinistrés de l'ouragan Harvey. Une fois le choc passé, c'est le moment d'affronter les compagnies d'assurances et les programmes de compensation.

Un texte de Christian Noël, envoyé spécial à Houston

Cody Mahaffee et sa mère sont assis sur un banc public à l’extérieur d’un des centres pour sinistrés de Houston. Ils sont visiblement épuisés. À leurs côtés, cinq ou six sacs remplis à ras-bord : ce sont tous les effets personnels qu'ils ont pu sauver.

« Quand nous avons quitté la maison, il y avait de l’eau jusqu’aux fenêtres. Je pouvais me sortir le bras et mettre ma main dans l’eau », indique la mère de Cody, Brenda.

Après six jours dans un refuge, ils sont prêts à retourner chez eux. Ils attendent une cousine avec sa camionnette. Ils n’ont encore aucune idée de l’ampleur des dégâts, mais ils savent déjà que le nettoyage et les rénovations coûteront très chers.

« La maison n’était pas assurée contre les inondations. Ça coûtait trop cher, je n’avais pas les moyens de payer pour cette protection », indique Cody Mahaffee.

Les Mahaffee ne sont pas les seuls dans cette situation. La ville de Houston estime que 100 000 maisons ont été détruites ou endommagées. De ce nombre, à peine 15 % des victimes étaient assurées.

« Soit les gens n’ont pas les moyens de payer, soit les compagnies d’assurance refusent d’accorder ce genre de couverture, surtout quand l’édifice est construit dans une zone à risque d’inondations », explique Ken Haddler de la clinique juridique de Houston.

Aide d'urgence : entre espoir et méfiance

Chandra Jackson sourit du coin des lèvres en écoutant un agent de la FEMA lui expliquer qu’elle s’est qualifiée pour obtenir de l’aide d’urgence. Mais son sourire disparait rapidement quand elle apprend qu’elle n’a droit, pour le moment, qu’à 500 $ au cours des deux prochaines semaines.

Mais la vraie mauvaise nouvelle n’est pas encore tombée. Le 500 $ qu’elle attend n’a pas encore été déposé dans son compte en banque.

Alors quand le président Donald Trump annonce que l’aide de presque huit milliards de dollars pour venir en aide aux sinistrés « est déjà visible sur le terrain », Chandra lâche un soupir résigné.

« Donald Trump était peut-être un excellent homme d’affaires. Mais il ne sait toujours pas comment fonctionne vraiment le gouvernement », estime-t-elle.

Des dizaines d’agents de la FEMA ont été envoyés aux quatre coins du Texas, dans les refuges pour sinistrés, afin de leur donner un coup de main avec leurs applications. Mais devant un désastre d’une telle ampleur, il est normal qu'il y ait des ratés, selon le porte-parole de l’agence, Leo Skinner.

La FEMA a déjà approuvé le dossier de réclamation de 100 000 personnes dit-il, pour un total de 75 millions de dollars versés jusqu’à maintenant.

Mais ce que ressent Astro Marley quand il entend ce discours, ce n’est pas de la déception, mais bien de la colère. Il n’a aucunement confiance en la FEMA, qui, selon lui, trouve toujours une façon de verser le moins d’argent possible.

« J’ai fait des réclamations pour des inondations dans le passé. J’ai des voisins qui ont reçu leur argent, mais pas moi », dit-il.

Leo Skinner rejette catégoriquement cette allégation. « Tout le monde est servi de la même façon, en suivant les mêmes règles, sans discrimination », assure-t-il.

Or, ce sont précisément ces règles, ces critères d’admissibilité, qui frustrent les sinistrés comme Chandra Jackson.

« Washington devrait verser les compensations directement aux sinistrés au lieu de faire transiter l’argent par une agence. Moins de bureaucratie, c’est toujours mieux », dit-elle.

Les Texans sont peut-être encore secoués par l’ouragan Harvey, mais ils n’ont pas perdu leur légendaire esprit libertaire.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine