Retour

Après six jours d'attente, le Lifeline accoste à Malte avec 233 migrants

Le navire humanitaire Lifeline a accosté à Malte avec, à son bord, 233 migrants, ce qui a mis fin à une odyssée de presque une semaine. Après des négociations ardues, huit pays européens se sont entendus pour mettre un terme à la situation difficile dans laquelle se trouvaient ses occupants.

Le temps pressait pour le navire battant pavillon néerlandais, en quête d'un port d'accueil depuis six jours en Méditerranée.

Le Lifeline, affrété par l'ONG allemande du même nom, est arrivé au port de La Valette mercredi, en fin d'après-midi. Les autorités maltaises devaient ensuite effectuer des examens médicaux et vérifier l'identité des migrants.

Ceux qui ont droit à l'asile politique seront accueillis dans huit pays européens : Malte, l'Italie, la France, l'Espagne, le Portugal, le Luxembourg, la Belgique et les Pays-Bas. Les autres seront renvoyés dans leur pays d'origine.

Le bateau devrait quant à lui être saisi pour les besoins de l'enquête concernant le capitaine du navire. Le premier ministre maltais, Joseph Muscat, l'accuse d'avoir « agi contre les lois internationales et ignoré les directives des autorités italiennes ».

Le ministre italien de l’Intérieur Matteo Salvani et chef de la Ligue (extrême droite), n’en pense pas moins. « C’est un bateau hors-la-loi », a-t-il dit.

L’équipage du navire rejette catégoriquement cette analyse. « Le seul ordre auquel le bateau a refusé d'obéir est celui de remettre ces personnes aux prétendus gardes-côtes libyens, car cela aurait été en contravention avec la Convention de Genève sur les réfugiés et, donc, criminel », a fait valoir Lifeline dans un communiqué.

Selon l'ONG, obéir à l'ordre reçu de débarquer à Tripoli « aurait constitué une violation du principe de non-refoulement ».

La décision de faire accoster le Lifeline à Malte avait été annoncée mardi par l'Italie et la France.

Elle survient à la veille d'un important sommet de l'Union européenne sur la crise des migrants, qui doit se dérouler jeudi et vendredi à Bruxelles. Le nouveau gouvernement italien en profitera pour proposer une nouvelle façon de répartir les migrants sur le territoire de l'UE, de même qu'une série de mesures visant à décourager les migrants économiques de quitter l'Afrique pour l'Europe.

Plus d'articles

Vidéo du jour


Recettes de Noël - Ragoût de boulettes de dinde et épinards