Retour

Attentat de Berlin : les policiers traquent un suspect tunisien

Un Tunisien de 23 ans, Anis Amri, est désormais considéré comme le principal suspect de l'attentat au camion perpétré lundi dans un marché de Noël de Berlin, a confirmé mercredi le parquet antiterroriste allemand. Un avis de recherche assorti d'une récompense de 100 000 euros (139 000 $ CA) a été lancé pour retrouver cet homme qui utilise six identités et qui « pourrait être dangereux et armé ».

La confirmation de l'identité du suspect, dévoilée plus tôt par de nombreux médias, a été officialisée peu après que le ministre de l'Intérieur de Rhénanie du Nord-Westphalie, Ralf Jäger, eut affirmé que le suspect était un demandeur d'asile arrivé au pays en juillet 2015, et qui avait été signalé au centre allemand de lutte contre le terrorisme.

Il entretenait des contacts avec un réseau islamiste de la région, où il habitait au début de l'année, avant de s'installer à Berlin.

La police judiciaire de Rhénanie du Nord-Westphalie avait initié une enquête auprès du parquet fédéral allemand [compétent en matière de terrorisme, NDLR] en raison de suspicions sur la préparation d'un acte criminel grave représentant un danger pour l'État.

Ralf Jäger, ministre de l'Intérieur de Rhénanie du Nord-Westphalie

Des procureurs de Berlin ont confirmé à l'Associated Press qu'ils avaient ouvert une enquête sur Amri le 14 mars, après avoir reçu des informations des agences de renseignement fédérales. Ces informations prévenaient qu'il pourrait braquer un établissement pour s'armer en vue de mener une attaque.

La surveillance a démontré qu'Anis Amri avait été impliqué dans du trafic de drogue dans un parc de Berlin, en plus d'avoir participé à une bataille dans un bar, mais aucune preuve ne démontrait les soupçons signalés par les autorités de l'État. La surveillance a été abandonnée en septembre.

Selon le ministre Jäger, la demande d'asile du suspect a finalement été rejetée en juin. Son expulsion prévue vers la Tunisie a cependant échoué, l'individu n'ayant pas présenté de papiers d'identité et les autorités tunisiennes contestant le fait qu'il soit un de leurs ressortissants. Le document devant permettre de le renvoyer dans son pays est finalement arrivé en Allemagne mercredi.

« Il s'agit d'un individu classé dangereux, que les services de sécurité connaissaient et qui appartenait à la scène islamiste-salafiste », a précisé un spécialiste des questions de sécurité, Stephan Mayer, qui s'exprimait aux côtés du ministre allemand.

Selon AFP, qui cite un responsable de la sécurité, la brigade antiterroriste tunisienne a interrogé des membres de la famille du suspect mercredi. D'autres médias rapportent que des policiers allemands ont perquisitionné en après-midi un foyer de réfugiés dans la localité d'Emmerich, dans l'ouest du pays, où le Tunisien a séjourné dans le passé.

Selon de nombreux médias allemands, le suspect a été identifié à partir d'une pièce d'identité retrouvée dans le camion utilisé pour commettre le carnage. Selon la Süddeutsche Zeitung, le document est celui qui est remis à ceux dont la demande a été refusée. Il a été émis à Kleve, une ville de Rhénanie du Nord-Westphalie, située à la frontière avec les Pays-Bas.

Le quotidien soutient en outre qu'il a entretenu des contacts avec un ressortissant irakien de 32 ans, identifié comme Ahmad Abdulaziz Abdullah A., alias Abou Walaa. Selon le parquet fédéral, cet homme a été arrêté en novembre avec quatre complices pour avoir mis sur pied un réseau de recrutement pour le compte du groupe armé État islamique. L'organisation a revendiqué l'attentat, mardi.

Veuillez cliquer ici pour consulter le blogue en direct sur votre appareil mobile.

« Un avis de recherche a été lancé à minuit pour l'Allemagne, mais aussi pour l'espace Schengen, c'est-à-dire en Europe », a précisé le ministre allemand de l'Intérieur, Thomas de Maizière.

Le ministre de Maizière, qui avait précédemment fait savoir que la police disposait de plus de 500 indices, dont des traces d'ADN dans le camion et des images de vidéosurveillance, est toutefois demeuré prudent, en rappelant que « suspect ne veut pas dire qu'on est l'auteur ».

La famille d'Amri dit être surprise

Contactés par l'AFP, les membres de la famille du suspect affirment que toutes ces informations sont une surprise.

« Quand j'ai vu la photo de mon frère dans les médias, je n'en ai pas cru mes yeux. Je suis sous le choc et je ne peux croire que c'est lui qui a commis [l'attentat] », a dit Abdelkader Amri, frère du suspect.

« On n'a jamais eu l'impression qu'il avait quelque chose d'anormal. Il nous contactait via Facebook et il était toujours souriant et joyeux! », a affirmé de son côté sa soeur Najoua.

Les parents du suspect, qui ont été interrogés par la brigade antiterroriste tunisienne, sont installés à Oueslatia. Quatrième ville sainte de l'Islam, elle fut à ce titre un des bastions des salafistes tunisiens après la révolution.

Selon une source sécuritaire tunisienne de l'AFP, le jeune homme a émigré vers l'Italie clandestinement après la révolution de janvier 2011.

Le père du suspect et des responsables de sécurité cités par la station tunisienne Radio Mosaïque soutiennent plutôt qu'Amri a quitté Oueslatia il y a sept ans. Sur son site Internet, la radio soutient qu'il a été condamné en Italie pour l'incendie volontaire d'une école et qu'il y a purgé une peine de prison de quatre ans. Il aurait aussi été poursuivi pour des vols avec violence en Tunisie.

Le sort mystérieux du chauffeur attitré du camion

Le quotidien Bild révèle en outre de nouvelles informations sur le chauffeur attitré du camion, un Polonais grand et costaud. Comme il devait livrer sa cargaison de 24 tonnes d'éléments en acier mardi, il avait garé son véhicule dans une zone industrielle située dans le nord-ouest de Berlin.

Lundi, vers 15 h, heure locale, le routier a brièvement parlé à son épouse. Le couple devait se reparler une heure plus tard, mais ce contact téléphonique n’a jamais eu lieu. En revanche, selon son patron, les données GPS du camion montrent que le véhicule a été mis en marche, mais en ne faisant que de petits mouvements « comme si quelqu'un apprenait à le conduire ».

Le poids lourd a finalement quitté son stationnement vers 19 h 40, et parcouru 10 kilomètres avant de foncer dans la foule rassemblée pour le marché de Noël vers 20 h.

Après 60 à 80 mètres, le camion, au lieu de poursuivre sa course tout droit à travers le marché, a cependant viré à gauche, transperçant un chalet du marché pour s'immobiliser sur l'avenue bordant la place. Cette sortie de trajectoire a mis fin au carnage.

Arrivée sur les lieux, la police a retrouvé le chauffeur polonais mort, tué par balle, dans la cabine sur le siège passager. Il portait « des traces de coups », a indiqué son patron, après avoir vu des photos. « Il était évident qu'il s'était battu. Son visage était ensanglanté, tuméfié. Il y avait une blessure à l'arme blanche. »

Des médias avancent que le chauffeur a pu être kidnappé et forcé de conduire le camion vers la foule avant de se débattre et d'être tué. Autre hypothèse : tenu en joue sur le siège passager, il pourrait avoir tenté de prendre le contrôle du véhicule pour le forcer à quitter sa trajectoire mortelle.

Certains médias estiment que le suspect pourrait être blessé. Selon eux, la police a d'ailleurs effectué des vérifications dans plusieurs hôpitaux de Berlin.

Un deuxième suspect arrêté puis relâché

Amri est le troisième suspect dans la ligne de mire de la police pour l'attaque de Berlin.

Mardi, la police avait relâché un ressortissant pakistanais arrêté après le drame; elle n'avait trouvé aucune preuve qu'il se trouvait dans la cabine.

Selon le groupe de radiotélévision Rundfunk Berlin-Brandenburg, un autre suspect a été interpellé dans la nuit de mardi à mercredi, avant d'être remis en liberté quelques heures plus tard.

L’attaque de Berlin a été qualifiée de « terroriste » par la chancelière allemande, Angela Merkel. Celle-ci a cependant invité les Allemands à ne pas vivre dans la peur, même si les mesures de sécurité ont été renforcées dans la capitale.

« Nous voulons renforcer la présence policière et la protection des marchés de Noël. Il y aura des patrouilles supplémentaires. Les policiers auront des fusils mitrailleurs », a précisé mardi soir le président de la conférence des ministres de l'Intérieur des différents Länder allemands, Klaus Bouillon.

S'il s'avère que l'auteur de l'attentat est bel et bien un demandeur d'asile, la pression politique sur Mme Merkel ne fera qu'augmenter, elle qui est déjà critiquée depuis des mois pour sa politique migratoire jugée trop généreuse, non seulement par les populistes de droite, mais aussi par l'aile droite de sa propre famille politique.

L'Allemagne a accueilli plus de 900 000 demandeurs d'asile au cours des deux dernières années.

Au total, 12 personnes ont été tuées, dont un homme qui a été abattu par balle et retrouvé dans le camion ayant servi à l'attaque. Sur les 45 personnes blessées, 14 sont également jugées dans un état grave.

L'Allemagne avait jusqu'ici été épargnée par des attaques d'ampleur, comme celles qui ont frappé Paris, Bruxelles et Nice depuis novembre 2015.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un homme sauve un faucon d'une attaque de serpent





Rabais de la semaine