Retour

Attentat de Londres : la Canadienne a été identifiée

La Canadienne qui a perdu la vie lors de l'attentat de Londres, samedi soir, a été identifiée par sa famille. Il s'agit de Christine Archibald.

Sept personnes sont mortes dans les deux attaques perpétrées dans le centre de la capitale britannique, qui ont aussi fait 48 blessés, dont 21 sont dans un état critique.

« Nous sommes en deuil », a indiqué la famille de Christine Archibald, originaire de la Colombie-Britannique, dans un court communiqué.

Christine Archibald travaillait dans un refuge avant de quitter le Canada pour rejoindre son fiancé en Europe. C'est en côtoyant des itinérants qu'elle avait appris que chaque personne mérite d'être respectée, a indiqué sa famille.

Le premier ministre Justin Trudeau avait plus tôt indiqué qu'une des victimes était de nationalité canadienne. « Le fait qu’un Canadien figure parmi les victimes me brise le cœur », avait-il ajouté dans son communiqué.

« Nous ne reculerons pas devant ces actes haineux, qui ne font que renforcer notre détermination. Les Canadiens sont solidaires du peuple britannique. Nous continuerons de travailler avec le Royaume-Uni et tous nos alliés pour lutter contre le terrorisme et traduire en justice les auteurs de ces crimes », a ajouté M. Trudeau, condamnant fortement l’attentat « qui a fait plusieurs morts et blessés innocents ».

Pour suivre notre couverture en direct sur la mobilité, cliquez ici »

Un Français a aussi été tué dans l'attaque, a laissé savoir le ministre des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian. Il a ajouté trois autres blessés originaires de France au bilan provisoire avancé plus tôt par le président français Emmanuel Macron. Ce dernier avait annoncé qu’au moins quatre ressortissants de son pays avaient été blessés dans ce qu'il a qualifié d'« attaque abominable et lâche ».

M. Macron a ajouté que la France continuerait de lutter « de toutes ses forces » contre le terrorisme.

La nationalité des cinq autres victimes n'est toujours pas connue, mais le responsable des opérations antiterroristes de la police métropolitaine de Londres, Mark Rowley, a laissé entendre qu'il y avait plusieurs étrangers parmi elles. Il a en outre précisé que 21 des 36 personnes toujours hospitalisées se trouvaient dans un état critique.

Le pape François a quant à lui profité de son apparition au balcon de la Basilique Saint-Pierre à Rome pour inviter les fidèles à « prier pour les victimes et leurs proches ».

« Assez, c’est assez », condamne Theresa May

La première ministre britannique Theresa May a indiqué avoir l'intention de réviser la stratégie de son gouvernement contre le terrorisme

« Le moment est venu de dire : assez, c'est assez », a déclaré Mme May lors d'une allocution télévisée retransmise du perron du 10, Downing Street.

Cette lutte contre l'« idéologie du mal » ne pourra être remportée uniquement grâce à des opérations militaires, a-t-elle expliqué.

La première ministre préconise aussi la mise en place de nouvelles réglementations pour réduire l'espace d'expression des extrémistes sur Internet. La chef du gouvernement entend aussi consacrer davantage de moyens pour identifier et éradiquer l'extrémisme au sein de la société britannique. Elle a notamment évoqué la possibilité d'allonger les peines d'emprisonnement relatives aux infractions liées au terrorisme, même dans le cas de délits mineurs.

« Nouvelle forme de menace terroriste »

Theresa May a souligné que le pays faisait désormais face à « une nouvelle forme de menace terroriste ».

Mme May a révélé que cinq complots terroristes avaient été déjoués en Grande-Bretagne depuis le mois de mars dernier. Elle a aussi indiqué que la campagne électorale en cours en vue des législatives de la semaine prochaine, suspendue toute la journée dimanche, reprendrait lundi.

Une minute de silence sera observée dans tout le pays mardi à 10h00 GMT (5h HE) et les drapeaux seront mis en berne jusqu'à mardi soir sur tous les bâtiments publics, ont annoncé les services de la première ministre.

Le leader du Parti travailliste britannique et chef de l’opposition, Jeremy Corbyn, a mentionné que ces attaques ne devaient pas affecter le processus démocratique.

Il s'agit de la troisième attaque à caractère terroriste en Grande-Bretagne en moins de trois mois, après celle commise par un homme seul à Westminster le 22 mars, qui a fait cinq morts, et l'attentat suicide à Manchester le 22 mai à la fin d'un concert de la chanteuse américaine Ariana Grande, faisant 22 morts et 116 blessés.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Une caméra de sécurité montre quelque chose d'extraordinaire





Rabais de la semaine