Retour

Attentats à New York et au New Jersey : la police identifie un suspect

Ahmad Khan Rahami, l'Américain d'origine afghane qui était activement recherché dans la foulée d'une série d'attentats à l'explosif commis samedi dans la région de New York, a été arrêté lundi avant-midi à Linden, au New Jersey, après une fusillade qui a aussi blessé deux policiers.

« Nous avons toutes les raisons de croire qu'il s'agit d'un acte terroriste », a commenté le maire de New York, Bill de Blasio, lors d'un point de presse tenu en début d'après-midi en compagnie de responsables de la police et du FBI.

Selon le maire de Blasio, « aucun autre individu n'est recherché » relativement à ces attentats. « Je n'ai aucune indication qu'il y a une cellule qui opère ici », a également indiqué le directeur adjoint du FBI pour la région de New York, William Sweeney.

Ce dernier a affirmé que les enquêteurs s'attardaient plus particulièrement à « bien comprendre le réseau social » de Rahami. « Rien n'indiquait qu'il était surveillé [on a radar] », selon lui.

Aucun motif clair n'a par ailleurs été établi pour ces attentats, a souligné le chef de la police de New York, James O'Neil.

Malgré l'arrestation de Rahami, tous les New-Yorkais doivent continuer à faire preuve de vigilance, a prévenu le maire de Blasio. Selon lui, la présence policière continuera d'être très importante au cours des prochains jours dans la mégapole, en raison de ces derniers événements et de l'Assemblée générale de l'ONU qui s'ouvre demain. 

Arrêté près de son domicile présumé

Sur des images diffusées par CNN après son arrestation, on peut voir Rahami, attaché à une civière, être transporté en ambulance. Il est visiblement blessé au bras droit, mais conscient. Selon Associated Press, il a aussi reçu une balle dans une jambe, blessure pour laquelle il a dû être opéré à son arrivée à l'hôpital.

Linden est située non loin d'Elizabeth, où Rahami résidait, selon l'avis de recherche publié par le FBI en début de journée.

Selon le maire de Linden, Derek Armstead, c'est le propriétaire d'un bar qui a prévenu la police qu'un homme ressemblant à Rahami était endormi devant la porte de son établissement.

Lorsqu'un policier s'est présenté sur place, Rahami a tiré un coup de feu vers son torse, qui était protégé par un gilet pare-balles. D'autres coups de feu ont été échangés par la suite, selon le capitaine James Sarnicki de la police de Linden. Un policier a aussi été blessé à une main dans la fusillade.

L'arrestation de Rahami s'est produite quelques heures à peine après que la police fédérale et la police de New York eurent diffusé une photo de lui lundi matin, en indiquant qu'il était considéré comme « armé et dangereux ».

L'avis de recherche a été envoyé à des milliers d'appareils électroniques de la ville de New York grâce à un système électronique automatisé. Selon le maire de Blasio, cela a été « très utile » pour la diffusion du message.

Rahami était initialement recherché relativement à l'attentat qui a fait 29 blessés samedi soir dans le quartier new-yorkais de Chelsea.

La police du New Jersey a aussi confirmé peu après qu'elle le cherchait relativement à un autre attentat à la bombe perpétré samedi matin dans une station balnéaire de l'État. Cet engin avait explosé sans faire de victimes.

D'autres explosifs découverts à Elizabeth

Des engins explosifs ont aussi été trouvés dans la nuit de dimanche à lundi dans une poubelle située près de la gare d'Elizabeth. Les policiers n'ont pas encore officiellement lié cette découverte aux explosions survenues à New York et au New Jersey.

Un appartement situé non loin de la gare d'Elizabeth a été perquisitionné par le FBI et la police locale, lundi matin. Il s'agirait de la dernière adresse connue d'Ahmad Khan Rahami.

Citant des sources policières, des médias américains avaient précédemment indiqué que cinq personnes avaient été arrêtées dimanche soir relativement à l'attaque à Manhattan, à bord d'un véhicule qui circulait sur une autoroute au sud du district de Brooklyn.

Selon William Sweeney, du FBI, ces personnes étaient toujours détenues lundi midi, même si elles n'ont pas été formellement arrêtées. Selon le maire d'Elizabeth, Christian Bollwage, c'est l'interception de ce véhicule qui a mené à la perquisition effectuée dans sa ville.

Personne n'a revendiqué ces attentats, perpétrés à quelques jours de l'ouverture de l'Assemblée générale des Nations unies, mardi, un événement qui doit réunir pas moins de 135 chefs d'État ou de gouvernement à New York.

Mille policiers et membres de la Garde nationale supplémentaires ont été déployés pour l'occasion.

Samedi, neuf personnes ont aussi été attaquées au couteau dans un centre commercial de St. Cloud, au Minnesota. L'agence de presse du groupe armé État islamique soutient que l'attaque a été menée par un « soldat » de son organisation.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un rottweiler goûte à du citron pour la première fois





Rabais de la semaine