Retour

Attentats de Bruxelles : 34 morts et un suspect recherché

Un homme suspecté d'avoir participé aux attentats perpétrés à l'aéroport international de Bruxelles et dans une station de métro de la capitale belge est « activement recherché » par la police, a confirmé mardi le procureur fédéral belge. Les attaques, revendiquées par le groupe armé État islamique (EI), ont fait au moins 34 morts et 202 blessés, selon des sources officielles.

L'homme qui fait l'objet d'un avis de recherche apparaît, en blanc, aux côtés de deux autres individus sur une image captée par une caméra de surveillance de l'aéroport Zaventem. Selon le procureur Frédéric Van Leeuw, les deux individus habillés en noir « ont vraisemblablement accompli un attentat-suicide », tandis que le troisième, vêtu d'une veste claire et portant un chapeau, est « activement recherché ».

Les trois individus auraient transporté « leurs bombes dans des valises », selon les autorités. « Ils sont venus en taxi avec des valises. Ils ont mis leurs valises dans des chariots. Les deux premières bombes ont explosé », décrit le maire de Zaventem, Francis Vermeiren, supposant que le troisième a dû paniquer puisque sa bombe n'a pas explosé.

Des spécialistes ont aussi émis l'hypothèse que le gant noir porté par deux des hommes à leur main gauche pourrait avoir permis de dissimuler un détonateur.

Les pompiers affirment que le double attentat à l'aéroport Zaventem, survenu vers 8 h, a fait 14 morts et 96 blessés. Le maire de Bruxelles, Yvan Mayeur, a pour sa part affirmé dans une conférence de presse que l'attentat dans le métro, survenu peu après 9 h, a fait « probablement une vingtaine de décès » et 106 blessés, dont 17 sont dans un état grave. « Il s'agit d'une attaque contre nos valeurs de liberté, de démocratie », a-t-il commenté.

Une troisième bombe a aussi été retrouvée et désamorcée ultérieurement à l'aéroport. Selon le gouverneur de la province du Brabant Flamand, Lodewijk De Witte, « trois bombes avaient été introduites » dans l'aéroport, mais l'une d'elles « n'a pas explosé ». On ne sait pas pour l'heure s'il s'agit d'une bombe qu'aurait pu transporter l'homme recherché par la police.

Une bombe explose dans le métro

Selon la Société bruxelloise de transport (STIB), l'explosion à la station Maelbeek a touché une rame de métro composée de trois voitures qui redémarrait.  

« Le conducteur a immédiatement stoppé le convoi et a évacué les voitures », a indiqué la société. Une rame arrivant en sens inverse a aussi été touchée.

L'explosion a été particulièrement violente. La déflagration a été telle qu'elle a provoqué l'écroulement de trois murs d'un stationnement souterrain attenant à la station de métro.

D'après le maire Mayeur, il y a « beaucoup de nationalités » parmi les blessés de cet attentat dans le métro, et il faudra un « travail important » pour les identifier.

« Nous redoutions un attentat et c'est arrivé »

Ces explosions à l'aéroport et dans le métro surviennent quatre jours après l'arrestation à Molenbeek, une commune de l'agglomération bruxelloise, de Salah Abdeslam, suspect clé dans les attentats du 13 novembre qui ont fait 130 morts et 413 blessés à Paris et à Saint-Denis. Ces attaques avaient été revendiquées par l'EI.

Le maire Mayeur était lui-même convaincu que l'affaire n'était pas terminée, malgré l'arrestation d'Abdeslam. « Notre analyse était que la situation n'était pas complètement apaisée. C'était une prise importante, oui, mais ça n'a malheureusement pas pu empêcher les attentats d'aujourd'hui », a-t-il précisé. 

Par ailleurs, la police belge a lancé un avis de recherche concernant Najim Laachraoui, qui a traversé, sous une fausse identité, la frontière austro-hongroise avec Salah Abdeslamen en septembre. Impossible cependant de déterminer si l'homme recherché sur la photo des suspects de l'attentat à l'aéroport international de Bruxelles est Najim Laachraoui.

« Nous redoutions un attentat et c'est arrivé », a pour sa part déclaré en conférence de presse le premier ministre belge, Charles Michel, qui a dénoncé des attentats « aveugles, violents et lâches ».

L'EI revendique les attaques

Le groupe armé État islamique (EI) a revendiqué les attentats, selon l'agence de presse AMAQ, qui y est affiliée. Le groupe djihadiste soutient que des combattants ont ouvert le feu à l'aéroport avant que « plusieurs d'entre eux » ne fassent détoner leur ceinture d'explosifs, comme l'a fait, selon eux, l'auteur de l'attentat du métro. Le texte de revendication souligne que la Belgique participe à la coalition internationale contre l'EI.

« Cela doit encore être formellement vérifié », s'est borné à dire le procureur Van Leeuw à ce sujet. « À ce stade, il n'est pas possible d'établir un lien formel avec les attentats de Paris », a-t-il ajouté.

L'enquête sur les attentats « a immédiatement été ouverte par la section antiterroriste du parquet fédéral et a été confiée à trois juges », a aussi précisé le procureur fédéral belge. Le parquet de Paris a aussi ouvert une enquête en France. Il s'agit cependant d'une procédure classique, puisqu'au moins huit Français font partie des blessés, mais qui pourrait aussi permettre de travailler sur des « liens éventuels entre diverses enquêtes menées en France et en Belgique. »

Perquisitions

Sur le terrain, diverses perquisitions sont en cours à plusieurs endroits et des témoins sont entendus. Les investigations de police se déroulent sur les différentes scènes de crime et se poursuivront de nombreuses heures.

Un engin explosif contenant des clous, ainsi que des produits chimiques et un drapeau de l'EI ont été découverts lors de perquisitions menées à Schaerbeek, une commune bruxelloise.  

Cafouillage policier

Avant la conférence de presse du procureur Van Leeuw, la police fédérale belge avait autorisé la diffusion de l'image montrant les trois auteurs présumés des attentats, qui avait déjà fait l'objet d'une fuite dans les médias. 

Plus tôt dans la journée, la justice belge avait demandé aux médias de faire preuve de retenue. « Certains journalistes communiquent des informations sur l'enquête en cours », avait déploré le parquet fédéral belge dans un communiqué.

Le procureur Van Leeuw est revenu à la charge à ce sujet dans sa conférence de presse du début de soirée. « Je vous demande d'éviter les enquêtes parallèles qui pourraient perturber le travail des enquêteurs », a-t-il lancé à l'intention des journalistes.

Vous pouvez suivre en direct la couverture des événements de Bruxelles depuis votre appareil mobile.

Témoins du cauchemar

Selon l'agence de presse Belga, des coups de feu et des cris prononcés en arabe ont été entendus avant les explosions à l'aéroport Zaventem, mais ces informations n'ont pas été confirmées par les autorités.

Un employé du fournisseur de services Swissport, Anthony Deloos, soutient que la première explosion a eu lieu près d'un comptoir où les passagers enregistrent leur excédent de bagages, situé à 20 mètres de lui. La seconde a eu lieu près d'un café Starbucks situé tout près.

« J'ai entendu une première explosion, puis une deuxième », explique au Soir Alphonse Youla, un Bruxellois de 40 ans qui travaille à l'aéroport. Il a entendu crier en arabe mais n'a pas compris ce qui se disait.

« Les plafonds se sont effondrés et il y avait des victimes partout, explique-t-il. J'ai aidé à transporter cinq personnes décédées dehors, il y avait également beaucoup de blessés, des gens dont les jambes avaient été arrachées », raconte-t-il.

En entrevue à BFM TV, Zach Manoun, arrivé d'un vol en provenance de Genève environ 10 minutes avant les explosions, a vu du « sang partout, des gens blessés ». « C'était une scène de guerre », dit-il.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un enfant impressionne à la batterie dans le métro de New York





Rabais de la semaine