Retour

Attentats de Bruxelles : trois kamikazes identifiés et un suspect recherché

Les autorités belges ont réussi à identifier trois auteurs des attentats de Bruxelles, dont Ibrahim El Bakraoui, qui s'est fait exploser à l'aéroport international Zaventem, et  son frère Khalid, qui a fait de même à la station de métro Maelbeek. Le troisième kamikaze, qui s'est fait sauter à l'aéroport, est Najim Laachraoui.

Ibrahim et Najim El Bakraoui, de nationalité belge, étaient déjà recherchés pour leur collaboration présumée avec Salah Abdeslam, dans le cadre des attentats de Paris. Khalid est soupçonné d'avoir loué deux appartements utilisés par Abdeslam, l'un utilisé avant les attentats de Paris, l'autre, après.

Ibrahim El Bakraoui, âgé de 29 ans, est l'homme qui se trouve au milieu de l'image ci-dessous captée par les caméras de surveillance à l'aéroport international et diffusée mardi par les autorités, a expliqué le procureur Van Leeuw. Il a été identifié par son empreinte génétique, tout comme son frère, âgé lui de 27 ans.

Les autorités ont d'ailleurs mis la main sur un testament d'Ibrahim El Bakraoui. Il a été trouvé dans un ordinateur qui avait été mis dans une poubelle de la rue de la commune bruxelloise de Schaerbeek, où la police a mené une série de perquisitions mardi.

Il y écrit notamment « être dans la précipitation, ne plus savoir quoi faire, être recherché de partout, ne plus être en sécurité » et « risquer de terminer à côté de lui dans une cellule », sans que l'on sache exactement à qui il fait référence.

Najim Laachraoui, 25 ans, qui faisait l'objet d'un mandat d'arrêt international depuis le 18 mars 2014.. Son ADN a été retrouvé sur deux ceintures d'explosifs utilisées lors des attentats de novembre dernier à Paris, selon des médias belges. 

Passez votre souris sur la photo pour faire apparaitre les informations. Pour consulter la photo sur votre appareil mobile, cliquez ici.

Un suspect activement recherché 

Un homme, qui était avec les deux kamikazes de l'aéroport, n'est pas encore identifié. Il est toujours « activement » recherché, selon le procureur Van Leeuw. 

Le jeune homme, qu'on voit à la droite dans la photo ci-haut, vêtu d'une veste pâle, transportait la charge explosive la plus importante, a fait savoir le procureur.

« Il a déposé un grand sac, puis il est parti avant les explosions. Son sac contenait la charge explosive la plus importante. Peu après l'arrivée des services de déminage de la Défense, ce sac a explosé en raison de la grande instabilité des explosifs. Aucune personne n'a été blessée », a-t-il expliqué.

Aucune arme de guerre ou de poing n'a cependant été trouvée à l'aéroport, a encore dit le procureur, infirmant du coup les prétentions de certains témoins qui disaient avoir entendu des coups de feu avant la première détonation à l'aéroport.

Des criminels connus de la justice belge

Les frères El Bakraoui avaient des antécédents judiciaires, mais pour des crimes qui n'avaient rien à voir avec des activités terroristes, a indiqué le procureur Van Leeuw en conférence de presse.

Ibrahim El Bakraoui avait en fait été condamné à neuf ans de prison en 2010 pour avoir tiré sur des policiers belges à la kalachnikov lors d'un braquage. Il avait blessé l'un d'eux. Il avait néanmoins été libéré sous conditions depuis et était d'ailleurs recherché pour ne pas les avoir respectées.

Khalid El Bakraoui a pour sa part été condamné à cinq ans de prison pour vols de véhicule avec violence en 2011. Il était en possession de kalachnikovs lors de son arrestation. Les conditions dans lesquelles il a été remis en liberté sont inconnues.

Les autorités turques ont annoncé mercredi que l'un des kamikazes de l'aéroport de Bruxelles, Ibrahim El Bakraoui, avait été arrêté l'an dernier en Turquie et expulsé vers la Belgique. Ankara déplore que ce suspect soit remis en liberté par les autorités belges. Le ministre belge de la Justice, Koen Geens, a toutefois démenti mercredi soir cette version. 

Des explosifs du même type que ceux utilisés à Paris

Le procureur Van Leeuw a aussi confirmé que c'est un chauffeur de taxi qui a mis les autorités belges sur la trace des auteurs des attentats de Bruxelles. Ce chauffeur a compris qu'il avait transporté les trois hommes à l'aéroport en matinée. Il a mené les enquêteurs à leur point de départ, dans le quartier de Schaerbeek.

Dans cet appartement, situé rue Max-Roos, les enquêteurs ont découvert « 15 kilos d'explosif de type TATP, 150 litres d'acétone, 30 litres d'eau oxygénée, des détonateurs, une valise remplie de clous et de vis ainsi que du matériel destiné à confectionner des engins explosifs ». Les attentats de Paris ont aussi été commis avec du TATP.

C'est dans ce secteur que les policiers ont retrouvé l'ordinateur contenant le testament d'Ibrahim El Bakraoui.

D'autres perquisitions ont eu lieu dans le quartier de Schaerbeek. Elles ont permis d'arrêter une personne qui est toujours entendue par des enquêteurs, a précisé M. Van Leeuw. Une autre personne a aussi été arrêtée avant d'être relâchée.

Le dernier bilan des attaques, revendiquées par le groupe armé État islamique, est de 31 morts et 270 blessés, a par ailleurs indiqué le procureur fédéral. « Ce chiffre risque encore malheureusement d'évoluer dans les heures qui suivent », a-t-il précisé.

« Il  y a probablement parmi les morts et les blessés plus de quarante nationalités différentes », a indiqué le ministre belge des Affaires étrangères Didier Reynders.

D'autres liens avec les attentats de Paris

Ces informations du parquet belge confirment donc un lien entre les auteurs des attentats de Bruxelles et ceux de Paris, qui ont fait 130 morts et 413 blessés le 13 novembre.

Khalid El Bakraoui est soupçonné d'avoir loué sous un faux nom une planque à Charleroi, où les commandos des attentats de Paris ont fait halte en route vers la capitale française. Selon Le Monde, il aurait également loué, toujours sous un faux nom, l'appartement du quartier bruxellois de Forest, où une perquisition, menée le 15 mars, a permis de retrouver la trace de Salah Abdeslam.

Cette opération policière s'est soldée par la mort d'un dénommé Mohamed Belkaid, soupçonné d'être un acteur clé des attentats de Paris. Il est était jusqu'ici connu sous le nom de Samir Bouzid. Salah Abdeslam a été capturé trois jours plus tard.

Le 9 septembre 2015, deux mois avant les attentats de Paris, Salah Abdeslam avait été contrôlé en Autriche à bord d'une Mercedes dans laquelle se trouvaient également deux hommes se faisant passer Samir Bouzid et Soufiane Kayal.

Le parquet belge a finalement annoncé lundi Soufiane Kayal est en fait Najim Laachraoui, un Belge de 25 ans qui s'est rendu en Syrie en février 2013. Il est soupçonné d'avoir joué un rôle clé dans les attentats de Paris, comme artificier sinon comme coordonnateur.

Les autorités recherchent également Mohamed Abrini, qui se trouvait dans l'une des trois voitures qui ont transporté les commandos de Paris la veille des attaques. Ce Belge de 31 ans a été aperçu pour la dernière fois dans un café de Moleenbek le soir des attentats. 

« À ce jour, plus d'une trentaine de personnes ont été identifiées comme liées aux attentats de Paris », a résumé mercredi le premier ministre français Manuel Valls. « Onze sont décédées, douze sont sous les verrous, d'autres sont recherchées », a-t-il déclaré sur Europe 1.

Plus d'articles

Commentaires

Vidéo du jour


Un avion s'écrase dans un arbre





Rabais de la semaine